Société

GMT+1 : seulement 30% des internautes de Challenge approuvent la décision gouvernementale

Très attendue, la décision gouvernementale est tombée lors d’un conseil de gouvernement exceptionnel tenu ce 26 octobre : le Maroc va conserver l’heure d’été durant toute l’année (GMT +1) à titre expérimental. En voilà une mesure qui va relancer, de plus belle, le débat sur le changement d’heure. Alors que la Commission européenne propose de supprimer le changement d’heure, le Maroc maintient le rituel avec l’application de l’heure d’été durant toute l’année. Sondés quelques jours avant la décision gouvernementale sur une éventuelle mesure, seulement 30% préféreraient l’heure d’été comme heure permanente.


Supprimer le changement d’heure, ce n’est pas inédit comme débat. Mais en Europe, cette fois, l’exécutif qui s’appuie sur une immense consultation, propose officiellement de mettre fin aux changements d’heure saisonniers. 84% des européens qui se sont exprimés via un questionnaire en ligne, sont favorables à son abolition. Pendant ce temps au Marocla décision restait suspendue à une étude sur la question et à partir de laquelle l’exécutif devait se décider. Celui-ci a tenu ce 26 octobre un Conseil de gouvernement exceptionnel pour se décider. D’ailleurs, un seul point figurait à l’ordre du jour de cette réunion : le projet du décret n° 2.18.855 relatif à l’heure légale au Maroc présenté par le ministre en charge de la réforme de l’administration publique. Le projet de loi en question propose d’ajouter 60 minutes à l’heure légale adoptée au Maroc. Au final, il a été adopté. « Il permettra de maintenir l’horaire d’été appliqué actuellement et ce pour éviter les changements fréquents tout au long de l’année et leurs répercussions à plusieurs niveaux », justifie-t-on. Le gouvernement a aussi décidé que ce décret entrera en vigueur dès sa publication dans le Bulletin officiel.  Quelques jours avant cette mesure, Challenge.ma avait lancé sur sondage afin d’évaluer les pour et les contre du changement d’heure. Cette consultation réalisée en ligne qui a démarré le 1er septembre dernier, s’est terminée ce 15 octobre. Des avis éclairés des internautes de Challenge très utiles après la décision du gouvernement sur la question. Il ressort du sondage que seulement 30 % préféreraient l’heure d’été comme heure permanente. C’est dire que cette mesure gouvernementale est à contre courant de la préférence des internautes de Challenge. En effet, 64 % des  sondés, opteraient définitivement pour l’heure d’hiver si le changement d’heure devait être acté de façon définitive.

Il faut dire que globalement, quatre principaux enseignements se dégagent de notre sondage : « ça vit mal, très mal le changement d’heure », ou « ça préfère dormir », ou encore « ça ne veut plus du changement d’heure », « Et ça veut définitivement l’heure d’hiver».  Parmi les réponses reçues pour notre propre consultation, vous êtes seulement 40% à vivre très positivement ou positivement le changement d’heure. Mais, si  84% des Européens ont plébiscité la fin du changement d’heure semestriel (appliqué au Maroc aussi) la consultation publique effectuée par la Commission européenne, ressort des résultats du sondage de Challenge que le système actuel est vécu comme une expérience «négative» ou «très négative» par 54 % des participants à la consultation. Interrogés sur les raisons généralement invoquées par les défenseurs de changement d’heure et leurs détracteurs comme les incidences négatives sur la santé humaine, l’économie d’énergie, la sécurité en route ou l’opportunité d’avoir plus de temps pour des activités, 45 % des internautes sondés assimilent le système actuel à « moins de temps pour dormir». 17 % ne croient pas que le changement d’heure permet de réaliser une économie d’énergie. Pourtant, c’est surtout pour faire face à la flambée des prix de l’énergie, que le Maroc a décidé d’aligner les heures de travail sur les heures d’ensoleillement afin de faire des économies. Il faut dire que quelques experts se situent depuis quelques années à contre-courant et estiment que le changement d’heure n’est plus justifié. En effet, s’éclairer avec des ampoules basse consommation ne coûte presque rien. En dehors de ses effets sur la consommation énergétique, le changement d’heure influe sur l’organisme, selon les détracteurs de ce système. Pour eux, durant le passage à l’heure d’été ou d’hiver, certaines personnes peuvent souffrir de troubles de l’endormissement, de l’attention, de l’humeur. Pourtant, les sondés ne sont pas nombreux à faire attention de ces craintes. En effet, ils sont 5 % à penser que le changement d’heure n’a aucune incidence sur la sécurité et 33 % à avancer que ce système n’a pas de conséquence sur leur santé. Ce qui expliquerait certainement pourquoi ils sont globalement 66 % parmi les sondés à « soutenir très fortement le changement d’heure ».

Quoi qu’il en soit, on ne devrait pas donc reculer nos montres de 60 minutes dans la nuit de samedi 27 octobre à dimanche 28 octobre : elles sont déjà réglées sur l’heure d’été. Selon une source proche de la Primature, le décret devrait être publié au Bulletin officielle pour une entrée en vigueur immédiate. « Est-ce qu’on dort plus ou on dort moins ? » Comme dans le sketch de Gad Elmaleh, la fameuse question que tout le monde se posait deux fois dans l’année a désormais sa réponse. Oui, nous dormirons une heure de plus, il fera aussi nuit plus tôt. Nous rentrons ainsi dans la fameuse période où il fait nuit quand on sort du boulot. 

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Travail domestique : les obligations de l’employeur

Article suivant

Louvre Hotels s’associe à H Partners pour renforcer sa présence au Maroc