Politique

Voici les points clés de l’intervention d’El Otmani à la Chambre des Représentants

Le Chef du Gouvernement a répondu aux questions des parlementaires lors d’une séance consacrée à la politique générale à la Chambre des Représentants le lundi 13 avril. Voici l’essentiel de son intervention.


Lors de son intervention, Saad Dine El Otmani a affirmé que le bilan actuel de la situation sanitaire liée aux Covid-19 confirme la pertinence des mesures proactives engagées par le Maroc pour endiguer cette pandémie. Répondant à une question centrale sur les répercussions sanitaires, économiques et sociales du Covid-19 et les mesures prises pour faire face à cette pandémie, lors d’une séance de la Chambre des représentants, le Chef du Gouvernement a assuré que le développement des cas demeure modéré jusqu’à présent et ce, grâce aux efforts consentis par tous les intervenants.

« Le Maroc a connu, dernièrement, une transition épidémiologique du virus, avec une augmentation des cas locales (82%) aux dépens des cas importés. Plusieurs foyers à caractère familial ont été découverts, suite notamment à des rassemblements n’ayant pas respecté les mesures préventives », a-t-il ajouté. Après avoir rappelé que le gouvernement a adopté depuis le début de la pandémie et conformément aux Hautes Orientations Royales, une approche participative basée sur une mobilisation nationale, pour garantir un engagement national et affronter cette crise sanitaire, le chef du gouvernement a réitéré l’engagement de l’exécutif à agir dans la transparence et la franchise, notamment au niveau de la communication des données, les mesures et les décisions prises, ainsi que sur l’évolution de la situation épidémiologique nationale.

Lire aussi: Le creusement du déficit de liquidité du système bancaire devrait se poursuivre en 2020

Concernant les mesures prises pour faire face à la situation épidémiologique Saad Dine El Otmani a rappelé la décision historique de Sa Majesté le Roi de faire de la médecine militaire un soutien à la médecine civile, ce qui a permis la mobilisation et la synergie des moyens de la médecine militaire et civile, afin de préserver la sécurité et la santé des citoyens, passant à cet égard en revue les diverses mesures prises aux niveaux du suivi et de la veille, du renforcement des capacités du système national de santé ou encore de la prise en charge des cas infectés par le virus du Covid-19.

Ainsi, le numéro un de l’Exécutif a souligné que le Maroc dispose, depuis septembre 2019, d’un système de veille épidémiologique, à travers un centre national et des centres régionaux des opérations d’urgence dans le domaine de la médecine générale. Il s’agit, selon lui, d’un système mis en place dans le cadre du « plan national de santé 2025 », mettant en relief l’efficacité de ce système dans la veille et le suivi des cas liés au coronavirus.

Concernant le renforcement des capacités du système national de santé, le Chef du gouvernement a indiqué qu’un montant de 2 milliards de DH avait été alloué au Fonds spécial pour la gestion de la pandémie de coronavirus, pour couvrir les dépenses liées principalement à l’achat de matériel médical et hospitalier (1.000 lits de réanimation, 550 respirateurs, plusieurs équipements radiologiques), l’achat de matériel d’analyse laboratoire, à savoir 100.000 équipements de prise d’échantillons, 100.000 équipements de dépistage et médicaments (produits pharmaceutiques, consommables médicaux et gaz médicaux …), ainsi que le renforcement des moyens de fonctionnement du ministère de la Santé (stérilisation, nettoyage, carburant …), notant également l’aménagement et l’équipement des hôpitaux militaires destinés à recevoir des patients infectés.

Cette séance a également été l’occasion pour lui de présenter les mesures accompagnant la mise en œuvre de l’état d’urgence sanitaire, que ce soit au niveau de la poursuite du processus d’enseignement à distance, de la continuité des principaux services publics ou encore de l’approvisionnement continu des marchés en produits de base.

Le chef du gouvernement n’a pas manqué d’évoquer les mesures prises pour atténuer les impacts sociaux et économiques de la pandémie, y compris celles touchant les salariés, les entrepreneurs des TPME (très petites, petites et moyennes entreprises), les professions libérales confrontées à des difficultés en raison des répercussions de la pandémie, ou encore pour soutenir les familles travaillant dans le secteur informel, affectées par le ralentissement de l’activité économique de la pandémie.

Il a rappelé, dans ce sens, que le comité de veille économique a proposé d’accorder une indemnité forfaitaire mensuelle de 2.000 DH au profit des salariés et des employés sous contrat-insertion et des marins pêcheurs à la part en arrêt provisoire de travail et déclarés à la CNSS au titre du mois de février 2020. Cette indemnité concerne la période allant du 15 mars au 30 juin 2020, sachant que jusqu’à présent, 810.155 salariés ont été enregistrés, sur un total de 132.225 entreprises, dont 716.255 bénéficiaires, alors que 92.795 cas sont toujours en cours d’instruction.

Saad Dine El Otmani s’est, par ailleurs, attardé sur la situation des Marocains à l’étranger, en particulier ceux bloqués dans d’autres pays et dont le nombre s’élève à 7.000, soulignant que conformément aux Hautes Instructions Royales, les missions diplomatiques et les centres consulaires du Royaume du Maroc ont œuvré d’arrache-pied pour apporter un soutien et une assistance prioritaires et nécessaires dans ces circonstances exceptionnelles, à travers un ensemble de mesures urgentes.

Parmi ces mesures, figurent la création de cellules chargées de suivre la situation des Marocains bloqués à l’étranger, au niveau de l’administration centrale, des missions diplomatiques et des centres consulaires, mobilisés 7/7 et 24/24, et la mise à disponibilité d’un logement à ceux qui ne peuvent pas couvrir les frais de leur séjour. Il a souligné que toutes les initiatives prises par le gouvernement dans cette période exceptionnelle sont destinées principalement aux catégories vulnérables et aux groupes et entreprises les plus touchés selon une perspective solidaire.

 
Article précédent

Le Maroc, le Portugal et le brésil développent un respirateur intelligent

Article suivant

Coronavirus : 1.838 cas cumulés mardi à 10h, 210 guérisons