Santé

Grippe porcine, où est la vérité ?

Comme il y a dix ans, la grippe porcine crée une véritable peur fantasmagorique. Alors qu’elle était un phénomène mondial, le Maroc a dépensé des milliards de dirhams pour acheter des médicaments qu’on a fini par détruire parce que, bien heureusement, nous n’en avons pas eu besoin. Cela fut reprochée aux autorités de l’époque, de manière fort injuste, parce qu’elles n’ont fait qu’appliquer le principe de précaution.


Aujourd’hui, le net crée une vraie phobie, totalement irrationnelle, selon le ministre, il y a onze cas récents. Il y en a chaque année. Le manque de pluies, le froid extrême favorisent tous les virus de grippe, y compris celui de la grippe porcine.

Est-ce que onze cas cela fait une épidémie ? Non selon les scientifiques. Les autorités nous assurent que la direction de l’épidémiologie suit les évolutions. Au nom de quoi mettons-nous en doute la parole de scientifiques dont c’est le métier ?

Il y a un vrai problème politique, celui de la confiance entre la population et la parole des représentants de l’Etat. Celui-ci est remis en cause sur tous les sujets sur des questions de santé publique, cela crée des peurs qui n’ont pas lieu d’être.

La vérité c’est qu’il y a un peu plus de cas de grippe porcine que les dernières années et qu’il y a énormément plus de grippes à cause des conditions climatiques. Ce qu’il faut savoir, c’est que partout dans le monde, les appareils sanitaires se préparent à la saison des grippes en fonction du passé récent. Le vaccin est fait pour contrer les virus les plus présents durant les années précédentes. S’il y en a un nouveau, il devient inopérant, ce qui ne veut pas dire qu’il faut le bannir.

Le vrai problème c’est celui de savoir si nos hôpitaux sont prêts à recevoir ces cas extrêmes, si le médicament existe partout, ce qui apparemment n’est pas le cas. Une discussion autour de ce sujet est plus rationnelle que de diffuser la peur d’une épidémie qui n’existe pas, au sens scientifique du terme.

 

 
Article précédent

Le groupe Benjelloun injecte 1,7 milliard de DH dans son projet de la Tour Mohammed VI

Article suivant

Le Maroc devient un tremplin africain pour l’espagnol Indra