Education

Les gros appétits du groupe Saham

Le groupe Saham s’attaque à l’éducation. La holding fondée par Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, étend, en effet, ses tentacules à ce secteur, en créant Sana Education. Cette entité, créée il y a un peu plus de deux ans, représente le vaisseau amiral du groupe dans l’éducation. Un secteur dans lequel Saham Group nourrit de grandes ambitions à en croire Saâd Bendidi, directeur général délégué de Saham Group. « Le groupe s’est posé la question lors de l’élaboration de sa stratégie de 2014-2016 de savoir quels étaient les secteurs dans lesquels le développement de Saham pouvait se faire. Nous avons donc identifié l’Education et la Santé comme étant des secteurs fondamentaux qui vont apporter des réponses essentielles dans les pays dans lesquels nous sommes présents », explique Saâd Bendidi. Sana Education a axé son développement, pour le moment, sur l’éducation fondamentale, c’est-à-dire de la maternelle jusqu’au baccalauréat. « Nous nous sommes limités à ce niveau, pour l’instant, parce que nous ne pouvons pas non plus aller dans toutes les directions en même temps », souligne-t-il, ajoutant que l’Etat à lui seul ne peut développer le secteur de l’Education, même si son rôle dans ce secteur est fondamental et primordial. Pour mener à bien ses projets, le groupe Saham a noué un partenariat avec le fonds d’investissement sud-africain Tana et un fonds souverain singapourien, qui sont des institutions dont les investissements sont destinés au continent africain. C’est dire qu’avec une telle puissance financière, les ambitions du groupe multi-secteurs ne se limitent pas seulement au Maroc.


« Notre ambition est à l’échelon du continent. C’est une vision que nous avons travaillée longuement avec ces deux partenaires », confirme d’ailleurs le directeur général délégué. Dans les détails, Sana Education dispose déjà d’un réseau de deux établissements scolaires à Rabat et Casablanca. Il s’agit de l’EIC à Casablanca et l’EIR à Rabat. Le top management explique que ces deux établissements proposent un cycle d’enseignement complet de la maternelle au baccalauréat, qui s’aligne sur les meilleurs standards internationaux, tout en valorisant la connaissance de la langue et de la culture locale. « L’enseignement des langues est un pilier fondamental de l’EIC et l’EIR, avec un enseignement délivré en deux langues (français et arabe) et un apprentissage de l’anglais dès la maternelle », fait remarquer Saâd Bendidi, ajoutant que les établissements du Pôle Éducation bénéficient d’importants investissements en équipements informatiques afin d’offrir aux apprenants un environnement optimal, en phase avec les dernières tendances d’enseignement dans le monde.

Notons que ces dix dernières années, Saham Group est passé d’un groupe essentiel centré sur les services, à une holding d’envergure totalement africaine, avec une présence dans une vingtaine de pays à travers le continent. Autrefois connu essentiellement dans le secteur de l’assurance au Maroc, Saham Group a entamé une diversification qui lui a permis d’être présent aujourd’hui dans plusieurs secteurs de l’économie nationale comme l’Agriculture (Saham Agri), la finance (Saham Finance), l’immobilier (Saham Immobilier). Dans la Santé, c’est Meden Healthcare qui pilote les ambitions du groupe dans ce secteur. Le groupe a déjà acquis trois cliniques et a de même, inauguré son premier hôpital pluridisciplinaire à Marrakech, il y a quelques mois. Pour rappel, Saham Group réalise un chiffre d’affaires annuel de 1,16 milliard de dollars, et dispose de 14,400 collaborateurs dans le monde, à travers une présence dans 27 pays.

 
Article précédent

Banquière d’affaires, manager, rockeuse

Article suivant

Agadir et Tanger dans le top 10 des villes africaines les plus dynamiques