Banques

Groupe BCP : les filiales africaines cartonnent

Les filiales africaines du groupe BCP ont le vent en poupe. A l’issue de l’exercice 2018, elles ont enregistré un Produit Net Bancaire de 14% à 3,12 milliards de DH, et des bénéfices à hauteur de 857 millions de DH. Fort de ce succès, le groupe BCP poursuit le renforcement de sa présence en Afrique subsaharienne, qui constitue un véritable relais de croissance.   


La banque au cheval confirme sa bonne dynamique. Au terme de l’exercice 2018, le groupe Banque Centrale Populaire a enregistré des performances, jugées satisfaisantes par le top management, tant au Maroc qu’au niveau des filiales à l’international.

Ainsi, le Produit Net Bancaire consolidé du groupe affiche plus de 17 milliards de DH au compteur, soit une progression de 4%. Une évolution qui s’explique par les performances commerciales et la bonne tenue des activités d’intermédiation au Maroc et à l’international, a expliqué le top management.

Lire aussi : La filiale de la BCP poursuit son développement en Afrique

De leur côté, les bénéfices du groupe sont en progression de 3,5% pour s’établir à 2,9 milliards de DH, à fin décembre 2018. Et le Résultat Net consolidé poursuit sa progression et s’apprécie de 3,8% à 3,5 milliards de DH. De même, le coût du risque du groupe enregistre une croissance contenue de 2%, ce qui, selon le président du groupe BCP, Mohamed Karim Mounir, traduit sa politique prudente de provisionnement, garante de sa solidité financière. Mais, ce qui retient aussi l’attention dans les chiffres récemment dévoilés par la banque, c’est la surperformance des filiales africaines du groupe BCP, pilotées par la holding ABI.

« Les filiales hors Maroc ont enregistré une croissance du Produit net bancaire à deux chiffres, soit 14%, tirée par la bonne tenue des activités commerciales et tous les efforts de transformation des circuits de distribution », a d’ailleurs fait remarquer Mohamed Karim Mounir. Ainsi, sur plus de 17 milliards de DH de PNB consolidé du groupe, les filiales africaines y ont contribué à hauteur de 3,12 milliards de DH. En termes de bénéfices, elles ont enregistré 857 millions de DH.

Force est de souligner que l’Afrique subsaharienne est un terreau précieux pour la banque en vue de maintenir sa croissance dans les années à venir. C’est la raison pour laquelle, le groupe BCP poursuit son expansion dans de nouvelles régions du continent avec de nouvelles acquisitions.

Une stratégie africaine bien ficelée

La banque est en train de prendre possession de quatre filiales africaines du groupe français BPCE, notamment à l’Ile Maurice et Madagascar (acquisition bouclée), au Cameroun et au Congo également. Toutes ces acquisitions, une fois bouclées, permettront au groupe de porter sa présence africaine à 17 pays.

« En tant qu’unique groupe bancaire de l’Afrique du Nord et de l’Ouest présent à l’ile Maurice, la BCP entend la dynamique d’ouverture vers l’Afrique francophone ainsi que les flux d’investissement en provenance d’Asie, notamment de la Chine et de l’Inde, vers l’Afrique», a expliqué Kamal Mokdad, Directeur général du groupe BCP en charge de l’International. Et la banque continuera de renforcer son ancrage en Afrique.

« Le groupe a mis en place une stratégie de développement de sa présence en Afrique subsaharienne en 2017. Cette stratégie a démarré par un plan de transformation radicale qui positionne la BCP sur un certain nombre de segments de marché sur lesquels elle n’était pas présente. Nous sommes aussi le groupe bancaire en Afrique à avoir fait le choix d’avoir une plateforme locale (Atlantique Business International) au niveau de la Côte d’Ivoire qui pilote et supervise le développement de l’ensemble de nos filiales en Afrique de l’Ouest. C’est un organe central qui est le garant de la déclinaison de l’organisation stratégique au niveau des différents pays», a-t-il poursuivi. Selon le top management, cette organisation permet d’avoir un ancrage local pour bien tenir compte des réalités de chaque pays de présence.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Création d’entreprises en ligne : le feu vert est donné

Article suivant

Conseil de l'Europe : le Maroc « Partenaire pour la démocratie locale »