Grande distribution

Le groupe Label’Vie met le cap sur le Nord

Étendre sa présence aux régions du Nord du Royaume, telle est la priorité du Groupe Label’Vie en 2017. Pour ce faire, le groupe compte multiplier les ouvertures. « Nous allons étendre notre réseau en particulier dans la région Nord, région où nous n’avons pas été très présents jusqu’à maintenant et nous allons le faire avec nos différents formats de magasin. Notre chantier prioritaire est de réussir toutes ces ouvertures », confie Chrystele Ronceray, Directrice générale adjointe en charge du Pôle Marketing du Groupe Label’Vie. Ainsi, l’entreprise table cette année sur une extension de son réseau de magasins de 35 000 m². Soulignons qu’à court et à moyen terme, le spécialiste marocain de la grande distribution prévoit un investissement d’à peu près 600 millions de DH par an. L’objectif est de donner un coup d’accélérateur à son rythme d’expansion.


« L’objectif 2017 de notre groupe est d’accélérer encore son expansion et ce, toujours via sa stratégie multi-formats. Nous allons, par exemple, doubler le nombre d’ouvertures en supermarchés et hypermarchés », détaille Chrystele Ronceray. Notons que cet investissement sera majoritairement consacré aux nouvelles ouvertures et à la remise à niveau de notre parc de magasins existants, et il sera en grande partie supporté par la foncière Vecteur LV (VLV), qui est le véhicule d’investissement immobilier dont le groupe détient le contrôle. Rappelons qu’en 2015, la BERD a opéré une acquisition de 27% du capital de VLV, à hauteur d’environ 480 millions de DH. Ce qui a boosté sa force de frappe. Mais, ce n’est pas tout puisque le spécialiste de la grande distribution compte également lancer un nouveau concept.

Il s’agit du concept Carrefour Gourmet qui, selon le top management, va allier un confort client et une offre de produits inégalés à ce jour au Maroc. Un nouveau challenge pour le groupe, qui table déjà sur un succès pour ce nouveau concept qu’il va lancer au début du deuxième trimestre 2017. Tous ces efforts permettront au groupe de soutenir sa croissance sur les prochaines années. « Notre premier levier est la croissance externe via notre expansion territoriale. Cependant, au vu de la taille de notre parc de magasins existants, notre croissance interne reste primordiale. C’est pour cela que nous continuons de travailler nos projets structurants. Il s’agit de poursuivre nos efforts en termes d’excellence opérationnelle et de qualité de nos produits frais avec pour seul objectif, la satisfaction finale de nos clients », analyse la directrice générale adjointe en charge du Pôle Marketing.

Aussi, le groupe envisage-t-il de développer son outil logistique à travers de nouvelles plateformes régionales et de poursuivre sa campagne de communication sur les produits frais lancée fin octobre. « Nous allons bien sûr continuer de développer notre assortiment de produits Carrefour qui, grâce à notre partenariat exclusif, nous permet de proposer à nos clients des produits avec un excellent rapport qualité prix ainsi que beaucoup de nouveautés », fait aussi remarquer le top management. Dans les détails, le groupe Label’Vie table sur l’ouverture de 12 000 m² en 2017 en ce qui concerne le format Carrefour Market pour un investissement de 150 millions de DH. Il est prévu l’ouverture de 10 000 m² de Carrefour Hypermarché pour un montant d’investissement estimé à 119 millions de DH. Et, pour le format Atacadao, le groupe mise sur une ouverture de 13 000 m², avec un investissement estimé à 62 millions de DH. Soulignons également, que le groupe Label’Vie table sur un chiffre d’affaires de 8,6 milliards de DH en 2017, soit une croissance de 25,5 % par rapport à l’exercice de 2016. Il faut dire que le marché de la grande distribution est en plein essor au Maroc. En effet, le Maroc a occupé la 27ème place des marchés émergents en 2014, selon une étude réalisée en 2015 par le cabinet américain AT Kearney, spécialisé dans le conseil en stratégie de management. Selon plusieurs opérateurs du secteur, la distribution moderne continue à progresser, mais trop modérément au Maroc, avec une part de marché de 15%. Toutefois, ils estiment qu’elle a un potentiel certain et très important avec le développement économique du Royaume et aussi l’amélioration du pouvoir d’achat du consommateur. « Il faut, cependant, que la distribution moderne soit encore plus présente et ce, sur tout le territoire national, d’où la stratégie d’expansion de notre groupe », conclut Chrystele Ronceray.

 
Article précédent

Le Maroc met l’Union Européenne devant ses responsabilités

Article suivant

Spoliation foncière : quelle protection pour l’acheteur de bonne foi ?