Politique

Guerguerat : le PPS condamne les agissements des séparatistes

Le bureau politique du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) a tenu, mardi 29 septembre 2020, sa réunion périodique.


Il a tout d’abord condamné les agissements séparatistes provocateurs, visant à entraver la libre circulation au passage de Guerguerat, dans une vaine tentative de changer le statu quo dans la région. Il estime que leurs agissements sont de nature à menacer la stabilité. Le bureau souligne que le règlement politique et définitif du conflit artificiel autour du Sahara marocain ne peut avoir lieu que dans le cadre de la souveraineté entière du Maroc sur son Sahara, de l’adoption de l’initiative d’autonomie comme plafond extrême, de l’engagement de toutes les parties régionales concernées d’assumer leurs responsabilités au sujet de la question et de l’entière observation des critères de référence adoptés par le Conseil de Sécurité, selon lesquels la solution ne peut être que politique, réaliste, pratique, durable et fondée sur le consensus.

Lire aussi | Importation : les transitaires se plaignent des bureaux de contrôle

Le bureau s’est par la suite arrêté sur l’évolution de la situation épidémiologique dans notre pays, en réaffirmant ses précédentes positions en ce qui concerne la confusion dans la gestion gouvernementale de la deuxième phase de la pandémie, en particulier au niveau de la faible présence politique du gouvernement, le manque de cohésion de ses composantes, la mauvaise communication avec l’opinion publique nationale et la faible association des acteurs sociaux. Tout en appelant de nouveau l’ensemble des citoyennes et citoyens à davantage de respect des règles de prévention sanitaire en tant qu’unique solution actuellement disponible devant le monde entier, il demande au gouvernement d’adopter des approches de gestion dans lesquelles s’équilibrent les dimensions sanitaire, sociale et économique, sans excès ni laxisme, tout en accordant aux couches déshéritées l’intérêt qu’elles méritent, compte tenu de la progression inquiétante des indicateurs de la pauvreté, du chômage et de la précarité et de la faiblesse de la couverture sociale. Il demande aussi au gouvernement de faire à un bilan d’étape de l’état d’urgence sanitaire pour en identifier les aspects positifs et dépasser ses échecs.

Lire aussi | Immobilier marocain : la formule gagnante pour conquérir des capitaux institutionnels internationaux

Lors de cette réunion, le bureau a souligné sa détermination à encourager un large consensus autour du régime juridique encadrant les élections dans le sens du renforcement de la construction démocratique. Il enregistre positivement l’avancée des consultations qui se poursuivent entre les différents partenaires concernés en ce qui concerne le régime juridique encadrant les élections et souligne la détermination du Parti du Progrès et du Socialisme d’encourager un large consensus autour des différents textes y afférents et ce, compte tenu du fait que notre pays a besoin d’approches politiques positives avec la participation de tous.

 
Article précédent

Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, mercredi 30 septembre

Article suivant

Azzedine El Mountassir Billah revient aux affaires à la tête d’Inwi