Portrait

Guitariste, producteur, conseiller en communication

Il aurait voulu être guitariste de blues, mais la vie en a décidé autrement. Ce trentenaire dynamique a su retourner ses déconvenues en réussites, qui l’ont mené à devenir un des leaders de la communication digitale au Maroc.


MEHDI BENSLIM DG fondateur de “ON OFF”

Il faut toujours être un peu artiste pour travailler avec les artistes. C’est sans doute la leçon qu’on peut tirer de la vie de Mehdi Benslim. A trente deux ans, ce créatif de grand talent s’est détourné de l’économie et de la gestion  pour se spécialiser dans le monde, plus glamour, de la communication digitale. Il nous reçoit dans son bureau de l’avenue des FAR. Derrière des vitres transparentes,  il est attablé face à son ordinateur, seul outil de travail “matérialisé” dans une profession entièrement informatisée. Il porte un sweatshirt sur un jean et  des baskets. Même si l’on est dans une  entreprise formelle, comme dans toutes les starts-up, c’est le perpétuel “casual friday”. Il est né en 1980 à Casablanca. Second des trois enfants d’un expert comptable et  d’une femme au foyer, il grandit en plein milieu des années Hassan II post “années de plomb”. Le contexte social est apaisé,  même si les revendications de la gauche,  perpétuelle opposition, perdurent. Mais c’est déjà réellement une autre époque, dont rien ne laissait deviner le tournant que connaîtra le Maroc actuel. “Il y avait  un autre rapport au temps. On n’avait que  le téléphone fixe, et lorsqu’on voulait voir quelqu’un, il fallait réussir à le joindre, et se donner rendez-vous. Mais, heureusement, la circulation était plus aérée, les  voitures plus rares et l’on se contentait de peu”, commente Mehdi Benslim. C’était avant le boom de la micro-informatique, avant internet. Les jeux d’enfants étaient plus axés sur les jeux de billes, les cahiers  d’images autocollantes qu’on constituait à grand peine, et qui nécessitaient un budget conséquent. Issu d’une famille plutôt aisée pour l’époque, il est scolarisé  dans les écoles de la mission française, plus précisément, à Ernest Renan dans le quartier Oasis. 

La suite du portrait est disponible dans le Challenge #413, actuellement en kiosque. Le portrait complet sera mis en ligne le vendredi 8 Mars. 

 
Article précédent

Une électricité solaire à 0,80 DH le kilowattheure

Article suivant

Le Maroc lance ses propres labels de pêche