Innovation

Hackathon : Le wali de Marrakech-Safi et EBF réinventent l’entrepreneuriat

Visionnaire, EBF œuvre depuis plusieurs mois pour le renouveau de la région de Marrakech-Safi. Aujourd’hui, dans ce contexte de crise sanitaire mondiale, il est plus impératif que jamais de repenser les approches économiques en vue d’une meilleure adaptation à la nouvelle donne.


« Heal the Economy », voici une approche novatrice visant à redynamiser l’économie à travers la création de synergies entre différents partenaires dans plusieurs secteurs. Ce hackathon organisé par Emerging Business Factory (EBF), sous l’égide et la bienveillance de la Wilaya de Marrakech-Safi et en partenariat avec le Conseil Régional Marrakech-Safi est un appel à oeuvrer ensemble pour rétablir l’économie et construire un nouveau monde.

Touchée de plein fouet par les répercussions du confinement établi par plusieurs pays dans le monde en vue d’endiguer la propagation du coronavirus, l’économie mondiale se retrouve noyée dans une récession sans précédent depuis plusieurs décennies, selon les observateurs.

Ainsi, lors de ce hackathon organisé du 10 au 12 avril, EBF a conçu 64 challenges qui ont rassemblé 150 participants autour de 6 tables rondes de 90 minutes, trois jours durant. Objectif : « identifier des problématiques pour ensuite évaluer les pistes de solutions de manière concrète et rigoureuse. Réinventer le monde, ici et maintenant, telle est notre ambition. Nous nous sommes organisés en squads dans un hackathon, défibrillateur fait de velléité et d’intelligence collective en vue de sortir avec des challenges mesurables, des partenariats féconds et des actions terrain ultra précises », explique Taoufiq Aboudia, CEO & Co-fondateur Emerging Business Factory.

« Quand les circonstances révèlent les leaders »

Depuis l’annonce du premier cas confirmé de covid-19 sur son sol, le Maroc, sous l’impulsion de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a mis en place un plan de riposte d’envergure pour lutter contre la propagation du virus et faire face à l’impact économique et social engendré par la crise sanitaire mondiale. Engageant des actions sanitaires et sécuritaires inscrites dans la haute vigilance, ce plan a valu au Maroc les éloges de la communauté internationale dans la gestion de la crise et d’avoir mis la valeur de la vie des citoyens au centre de la stratégie du royaume.

S’inscrivant rapidement sous l’état d’urgence sanitaire, avec des frontières verrouillées et un confinement généralisé, les instances marocaines se sont massivement mobilisées pour soutenir les populations les plus touchées par le fléchissement de l’activité économique notamment à travers le Fonds spécial Covid-19, initié par le roi Mohammed VI.

Une idée soulevée et soutenue par le wali

La Région de Marrakech-Safi, à travers son wali, Karim Kassi-Lahlou, et en partenariat avec son Conseil Régional, a donné l’impulsion à la relance économique de concert avec l’incubateur Emerging Business Factory et le hackathon « Heal The Economy ». Le wali, inspiré par les hautes instructions du Souverain, a eu l’intuition de challenger l’incubateur et son écosystème entrepreneurial à travers l’organisation de ce hackathon afin d’amortir les effets de la pandémie sur l’économie régionale et de saisir les opportunités de reviviscence et de réédification sur des fondations nouvelles.

L’approche

Un hackathon, c’est l’une des figures clés pour l’intelligence collective. C’est la capacité à mobiliser des communautés sur des enjeux clés pour « co-créer » des solutions. On définit l’intelligence collective massive comme « la capacité à mobiliser des communautés de grande taille sur des enjeux clés pour co-créer des solutions nouvelles ». Six tables rondes, chacune scrutant dans une thématique, précisent les challenges, les acteurs et les partenaires clés.

Au-delà du livrable, qu’est-ce qui fait le succès d’une démarche d’intelligence collective ? Pour en parler, il faut évoquer la notion de “pyramide d’engagement” des participants. « Notre parti pris méthodologique consiste à mesurer la “conversation”. L’objectif n’est pas que chacun remonte une idée, mais de créer des conversations multiples entre tous, dont il faut extraire les idées. Trois types de populations émergent ainsi : les “actifs”, les “réactifs” et les “apprenants” », explique Taoufiq Aboudia.

Pour lire votre magazine challenge, cliquez ici :

 
Article précédent

Coronavirus : Le Maroc prépare activement sa stratégie de déconfinement

Article suivant

Safe Tube, une innovation de la société Prime Tech pour contrer le coronavirus