Auto

Harley-Davidson Breakout : taillée pour la balade

Pour son 110ème anniversaire, Harley-Davidson s’est offert un nouveau modèle, à savoir la Breakout. Une machine qui ne manquera pas de susciter l’intérêt des aficionados au regard de sa conception novatrice et de ses performances sur route. D.N.E.S à Marseille – 


L

arley-Davidson souffle en 2013 ses 110 printemps, l’occasion pour la marque de Milwaukee de commercialiser à l’attention de sa clientèle de nombreuses éditions limitées. Chaque modèle se voit notamment estampillé «édition 110ème anniversaire» et dans la foulée reçoit  une peinture exclusive avec, sur le réservoir, la présence d’un médaillon commémoratif. Bien d’autres surprises viendront agrémenter l’ensemble de la gamme, y compris dans le showroom de l’importateur local de la marque à Casablanca. L’autre grande surprise de cette période commémorative, c’est le lancement d’une nouvelle Harley-Davidson, à savoir la Breakout. C’est à Marseille qu’a été conviée la presse internationale pour découvrir cette nouvelle machine.  

Catégorie premium

La Breakout se positionne comme un modèle résolument haut de gamme. Elle se distingue par ses finitions et des composants exclusifs. On reconnaît ça et là quelques inspirations d’autres modèles de la marque, dont la Night Rod Spécial, au regard de son assise très basse, de son étirement en longueur ou du diamètre du pneu arrière (260 mm), l’un des plus gros de la gamme Harley. D’autres détails ne passent pas inaperçus comme le dessin des roues à dix rayons en aluminium teinté d’une application noire brillante. Ce même noir brillant souligne les formes du moteur, les bas de fourche, les disques de frein, le guidon, voire les pares-chaleur disposés sur la ligne d’échappement. Contact, bouton de démarrage enfoncé, le bicylindre de 1690 cm3 laisse transparaître une sonorité flatteuse à l’oreille. Malgré ses 322 kilos en état de marche, l’engin se laisse mener avec aisance,  la position de conduite assez confortable n’étant pas pour déplaire. Le cadran du tableau de bord permet d’avoir quelques informations dont le point-mort, la pression d’huile, le témoin de rapport enclenché (6 vitesses), l’avertissement du niveau de carburant, les totalisateurs kilométriques… Quelques minutes au guidon de l’engin suffisent à se mettre rapidement en confiance. Sur parcours sinueux, le bicylindre de la Breakout fait preuve de beaucoup  de souplesse, de disponibilité à bas régimes sans jamais rechigner à monter rapidement dans les tours. Dès la moindre ligne droite, une simple pression sur la poignée des gaz suffit à mettre tout le monde d’accord sur le potentiel de puissance de l’engin. En revanche, la garde au sol avoue bien vite ses limites sur ces routes sinueuses. L’astuce est effectivement de bien exploiter son virage et donc d’anticiper pour bien se placer, seul moyen de maintenir un bon rythme de croisière. Pour une balade à deux, le passager assis sur le pouf arrière dont l’assise est un peu juste, ne sera pas forcément à son aise. La Breakout devrait plaire à celles et ceux qui recherchent une Harley facile à conduire, très souple à basse vitesse et capable de dévorer goulument le bitume à un rythme beaucoup plus élevé.  Un modèle qui fera son apparition sous peu dans le showroom de la marque à Casablanca.   ■

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Jnan Amar, le 1er projet de polo au Maroc bientôt opérationnel

Article suivant

Commande Publique : l'indépendance n'est pas encore gagnée!