Interview

Hicham El HAFDI : « le Maroc a toute la légitimité industrielle et expérientielle pour développer une solide industrie de la défense »

En ancien officier supérieur de la Garde Royale, en analyste en géopolitique, sécurité et défense, en fin observateur de l’économie du Royaume, de son environnement international, tout autorise Hicham EL HAFDI à traiter de l’industrie de la défense très objectivement et dans les bons paradigmes.
2 grands bilans, des plus performants et des plus honorables, ceux de grands secteurs au cœur d’une puissante industrialisation d’une nation, l’automobile et l’aéronautique, désignent le Maroc pour asseoir une industrie de la défense sur le même schéma, structurel et pérenne. Et le constat est à un schéma qui semble bien se reproduire. Des groupes industriels de référence, aux filiales opérant dans le secteur de la défense, élisent domicile au Maroc. Hicham EL HAFDI, dans l’entretien qu’il a accordé à Challenge, évoque ‘’l’avantage MAROC’’, ‘’ses bénéfices’’ pour les investisseurs étrangers, tout en demeurant raisonnablement conscient des indispensables leviers à activer pour fonder une industrie de la défense opérative et compétitive.

Challenge : Le Maroc s’est lancé officiellement dans l’industrie de la défense avec l’entrée en vigueur de la loi n° 10.20, relative à la fabrication des armements de défense, des équipements à usage militaire et des munitions. Cela suffit-il à ouvrir la voie à des investissements dans l’industrie de l’armement dans le Royaume ?

Hicham EL HAFDI : Si le cadre juridique est certes un socle important dans l’attractivité du pays, pour encourager l’investissement dans l’industrie de la défense, il ne saurait être suffisant. A l’actuelle loi n° 10-20, il manque des textes réglementaires pour assurer son opérationnalité et soulever, dans le détail, nombre de questions, des plus techniques, quant à l’exercice de cette activité.

Ensuite, à l’inscrire dans une véritable logique d’attractivité et surtout création de valeur ajoutée, et conformément aux dispositions des articles 50-51 de ladite loi, il faudra un cadre incitatif à l’investissement et idéalement accompagné de la création d’un fonds souverain de soutien à l’industrie de la défense. Un fonds qui aura cette vocation de permettre à l’Etat des prises de participation destinées à boucler les tours de table, et ainsi conserver un contrôle effectif sur ce secteur, très sensible, mais qui constituerait une garantie non négligeable pour les investisseurs.

Outre cela, le Royaume gagnerait à favoriser l’éclosion d’un écosystème viable dédié à la défense, synonyme pour les investisseurs de 2 fondamentaux : des coûts de production maîtrisés et une ressource humaine qualifiée. A ce registre, le Maroc capitalise sur la dynamique de son industrie automobile et aéronautique, laquelle semble bien favoriser l’installation de groupes industriels de référence, aux filiales opérant dans l’industrie de la défense.

Mais l’industrie militaire étant stratégique, particulièrement technique et technologique, il s’agit d’y former. D’où l’essentialité de créer des centres de formation et de recherche spécialisés dans l’industrie militaire pour anticiper et accompagner le lancement  de la Base Industrielle et Technique de Défense (BITD).  

Enfin, il ne faut pas négliger le rôle du lobbying dans la promotion de ‘’la destination Maroc’’  auprès des investisseurs, en valorisant avantages concurrentiels et opportunités immédiates et à long terme. Il n’est nullement exagéré d’affirmer que la combinaison de ces différents éléments sera un facteur majeur dans l’attractivité du Royaume pour capter les investissements dans l’industrie de la défense.

Challenge : La nouvelle loi donne la possibilité aux investisseurs privés de se lancer dans l’industrie militaire. Sachant que le Maroc ne manque pas d’alliés avec qui il a signé des accords de partenariat stratégique en matière de défense comme les Etats-Unis et récemment Israël. Quels sont les opérateurs qui peuvent se lancer dans le cadre de cette activité industrielle militaire ?

Hicham EL HAFDI : Hormis les accords rendus publics, nous ne pouvons que spéculer sur l’identité des opérateurs susceptibles de contribuer à l’émergence d’une BITD nationale.

L’information que nous avons, suite à l’accord de coopération sécuritaire récemment conclu avec Israël, indique que la société BlueBird  Aero Systems installera au Maroc 2 usines de fabrication de drones de renseignement et de combat. La fabrication sous licence de munitions pour le système de missiles sol-air Barak 8 est aussi envisagée.

Quant à  la signature, en octobre 2020, d’un mémorandum d’entente avec les Etats-Unis, elle ouvre la voie à des projets conjoints, qui pourraient notamment inclure un partenariat privilégié avec Lockheed Martin et la fabrication de véhicules blindés légers ainsi que des véhicules de transport de troupes.

La presse spécialisée, se fait, elle, l’écho de nombre de projets, à l’étape de la discussion, comptant une joint-venture pour la fabrication de munitions adossée au britannique Chemical Military Products, la création d’un site de de maintenance des bâtiments de la Marine Royale, un chantier de construction navale par les sociétés françaises Naval Group et Piriou, ainsi que l’élargissement des activités de la société belge SABCA, déjà présente sur le territoire national dans l’aéronautique civile, pour inclure la maintenance de l’aviation militaire.

Naturellement nous avons des indiscrétions qui font état de projets conjoints avec le Brésil et la Serbie, j’insiste donc, il ne s’agit que d’indiscrétions, rien ne filtrant pour l’heure. Pour boucler ce volet, je n’omettrai pas les importantes possibilités offertes par l’implantation récente au Maroc du groupe Norinco, fleuron du complexe militaro-industriel chinois.

Challenge : Pour certains analystes militaires, le Maroc ne part pas de zéro parce qu’il peut s’appuyer sur les acquis de ces deux dernières décennies dans les domaines automobile et aéronautique. Qu’en pensez-vous, sachant que la question des ressources humaines sera aussi cruciale ?

Hicham EL HAFDI : Le constat est juste, fondé. Les performances du Royaume dans les domaines de l’automobile et de l’aéronautique témoignent de la solidité et de l’excellence industrielle dont est capable le pays. Capitaliser sur cet archétype, qui a su créer des écosystèmes autour d’activités centrales, qui affiche un taux d’intégration se situant respectivement à 63% et 38%, c’est reproduire un schéma qui a fait ses preuves, c’est engager l’industrie de la défense au Maroc sur la voie du succès, un schéma qui repose sur un triptyque opérant : volontarisme politique, cadre incitatif et écosystème viable, durable.  

Quant à l’importance du facteur humain, je dirai tout part de là. A être un regret, c’est aussi une formidable opportunité : l’absence de centres de formation et de R&D dédiés à l’industrie de la défense. Lancer ces structures est un chantier majeur, prioritaire ! Et il devra répondre à un double objectif : investir les segments définis comme stratégiques et principal par la Politique Industrielle de Défense (PID), et être en phase avec les besoins spécifiques des opérateurs de la BITD. Des structures qui pourraient être intégrées au niveau de clusters, ou regroupées au sein d’in organisme central.

Challenge : L’industrie mondiale de la défense a été profondément modifiée, avec notamment l’émergence de nouvelles zones de production. Ainsi, la production et le commerce d’armement ne sont plus l’apanage des seules puissances occidentales, y compris la Russie et, plus récemment, la Chine. Et si les puissances occidentales continuent de dominer le marché, d’autres pays émergents, en l’occurrence Israël, Corée du Sud, Turquie et Singapour, s’en sortent bien. Comment le Maroc pourrait-il faire partie de ce club ?

Hicham EL HAFDI : Pour intégrer le club des pays producteurs d’armements et d’équipements de sécurité et défense, le Royaume peut librement s’inspirer de réussites de pays émergents, tout en s’assurant ‘’un branding’’ Maroc, en adaptant les meilleurs codes et pratiques identifiés à ses propres réalités.

Dans les exemples cités, l’émergence d’une BITD compétitive n’a pas été décrétée et aussitôt réalisée. Restons lucides. Elle a été le croisement de bien des variables, dont un lourd investissement  en capitaux, associant fonds publics et privés, une politique de rattrapage technologique reposant sur la R&D et les partenariats de type offset, une politique d’acquisition étatique faisant prévaloir la préférence nationale, et enfin la recherche de la viabilité économique à travers les activités duales de l’export.

Challenge : Une autre opportunité favorise l’arrimage de nouveaux entrants, comme le Maroc, à ce secteur. Il s’agit de l’externalisation croissante de l’industrie d’armement où les leaders mondiaux, maîtrisant l’ensemble d’une production militaire, sont désormais enclins de sous-traiter certaines activités connexes pour pouvoir se spécialiser dans le cœur de métier. Quels sont les atouts du Maroc pour pousser des puissances militaires à délocaliser leurs industries au Maroc ?

Hicham EL HAFDI : La stabilité politique et la maîtrise des risques sécuritaires sont l’atout premier et incontestable du Royaume. Sans ces préalables, aucun investissement ne serait possible, et à fortiori dans l’industrie de la défense. Par ailleurs le pays jouit d’une réputation de partenaire crédible et engagé, qui a sensiblement amélioré le climat des affaires, favorisant l’implantation d’acteurs économiques d’envergure internationale, et attirant une part importante des IDE –investissements directs étrangers- au niveau régional et continental. Outre ces forces évidentes, le Maroc dispose d’un réel avantage concurrentiel : des coûts de production maîtrisés. Un argument auquel les donneurs d’ordre internationaux accordent un poids considérable, auquel ils sont hautement sensibles, puisque leur permettant de comprimer leurs dépenses, et l’on sait la corrélation coûts-compétitivité dans l’occupation du marché.

Pour autant ce positionnement stratégique du Maroc dans la chaine de valeur mondiale du marché de la défense n’est pas condamné à demeurer figé. Dans sa progressive montée en gamme de la production, il lui sera possible de se positionner sur certains segments de marché, précisément par l’innovation technologique.

Challenge : Concernant les armes susceptibles d’être fabriquées au Maroc, trois catégories des matériels et équipements de défense et de sécurité, des armes et des munitions ont été listées, à savoir les catégories A, B et C. Quels sont les types d’armes qui attireraient le plus les investisseurs étrangers pour venir les produire dans le Royaume ?

Hicham EL HAFDI : La réponse à cette question est des plus délicates. Il s’agit là pour le Royaume de concilier habilement ses intérêts stratégiques d’autonomisation progressive sur le long terme avec les objectifs de rentabilité économique à moyen terme pour les investisseurs. Faire coïncider intérêt public et privé, dans un secteur aussi sensible, relève d’une vraie gageure.

Ceci dit, faisons le tri dans les catégories d’armement. Il y a d’abord les matériels et équipements de défense que le Royaume identifie comme essentiels pour renforcer son indépendance stratégique et assurer l’approvisionnement de nos forces. Cette catégorie pourrait inclure l’armement de petit et moyen calibre tels les munitions, les missiles, les véhicules de transport, les installations de maintenance aéronautiques et navales, les drones d’observation et d’attaque, les télécommunications, les systèmes d’information ou encore les simulateurs. Pour ces équipements prioritaires, il est du ressort de l’Etat d’attirer les investisseurs, l’enjeu étant ici de garantir et consolider sa liberté d’action opérationnelle et son indépendance politique. 

Et il y a les matériels et équipements que les investisseurs voudraient produire dans notre pays pour des raisons de rentabilité économique ou à la faveur d’accords politiques. Dans un tel cas de figure, le champ des possibles restera ouvert à toutes les hypothèses et pistes, et la grande diversité des projets actuellement dans les pipes le confirme.  

 
Article précédent

Dr. Walid Amri: "Le ministère de la santé continue d'interdire l'utilisation des auto-tests sans aucune explication"

Article suivant

Karim Meliani, nouveau directeur associé de BCG Platinion