Hôtellerie

Hôtellerie d’affaires : le groupe Onomo veut sa part du gâteau

Depuis 2015 qu’il a établi son siège au Maroc, le groupe hôtelier Onomo a multiplié ses investissements pour accélérer son développement dans le royaume. Un marché très porteur et stratégique pour le groupe, d’autant plus que la demande, malgré la pléthore d’hôtels (toutes catégories confondues) qui existent, n’est pas totalement satisfaite.


Se positionnant sur le segment Urban Hotels (hôtellerie d’affaires), l’hôtelier panafricain entend mettre les bouchées doubles rapidement pour se hisser au rang de poids lourds du marché. Pour ce faire, le top management vient d’annoncer plusieurs investissements qui vont significativement renforcer la présence de l’enseigne dans le Royaume. Ainsi, de trois hôtels actuellement (deux à Rabat et son tout nouveau flagship sur le boulevard Al Massira, à Casablanca), le groupe Onomo va rapidement passer à 6 hôtels au Maroc à fin 2019.

« Les trois nouveaux hôtels vont ouvrir dans les mois à venir, d’ici juin 2019 », dévoile Julien Renaud, directeur du Développement de Onomo Hotels. Dans les détails, deux nouveaux hôtels (Onomo Sidi Maarouf et Onomo Midparc Casablanca à Nouaceur) viendront s’ajouter à Onomo Casa City Center pour renforcer la présence de l’enseigne dans la capitale économique. La ville de Tanger accueillera aussi son premier hôtel Onomo, avec l’inauguration de Onomo Tanger Med dans la zone portuaire.

« Notre clientèle est une clientèle d’affaires principalement », rappelle patrick Grossetête, directeur général délégué du groupe, qui ajoute que les ambitions de l’enseigne sont importantes sur ce segment tant au Maroc qu’en Afrique subsaharienne, étant donné que le segment 3 étoiles est souvent un délaissé.

Lire aussi : Onomo Hotels se renforce au Maroc

Au Maroc, le groupe Accor (avec ses deux enseignes Ibis et Novotel) et bien d’autres groupes marocains dominent le segment d’hôtellerie d’affaires (trois étoiles plus). Onomo Hotels, qui veut sa part du gâteau, entend ainsi mettre toutes chances de son côté. « Dans tous nos pays de présence, nous comptons nous appuyer sur les différentes cultures africaines pour exprimer les valeurs de la marque. Cela passera par un accueil adapté, une connectivité sans faille. Nous avons aussi développé la notion de Urban village qui est très astucieuse sur ce segment. La restauration aussi est un élément clé dans la stratégie du groupe. Aussi, nous avons développé un concept propre à chacun de nos hôtels, qui épouse l’environnement dans lequel il est localisé », explique Souleymane Khol, un ancien du groupe Accor, qui vient de rejoindre le top management. Avec les nouvelles ouvertures prévues d’ici juin, Onomo Hotels aura une offre globale de 750 chambres au Maroc.

« Au Maroc, nous sommes confrontés à des marques qui sont se installées depuis de longues durées. Mais, notre développement s’accélère aujourd’hui de manière forte, et nous n’avons pas l’intention de nous arrêter à 6 hôtels », assure Cédric Guilleminot, CEO de Onomo Hotels. En termes de stratégie de développement, le groupe se positionne comme un investisseur-développeur, mais reste ouvert à des partenariats.

« Historiquement, nous sommes propriétaires de nos murs et du fonds de commerce. Et cela ne va pas changer. En revanche, nous sommes ouverts à trouver des partenaires pour co-investir. Nous allons nous ouvrir aussi à des modes de développement qui ne sont pas assez consommateurs de fonds propres. On pourra aussi avoir recours à des contrats de management et des franchises », détaille Julien Renaud.

Force est de souligner que Onomo Hotels a réalisé, en 2018, une prise de participation majoritaire dans le groupe Cantor Hotels, un groupe hôtelier marocain positionné sur l’hôtellerie d’affaires milieu de gamme, fondé en 2010 par Hassan Ait Ali.

En termes de structuration des investissements, Onomo Hotels mise 60% de fonds propres dans ses investissements et les 40% restants sont assurés par du financement bancaire. Pour rappel, le groupe, créé en 2010, est très actif en Afrique subsaharienne, avec une présence à fin 2019 dans 12 pays, y compris le Maroc. Selon le top management, trois nouveaux hôtels seront ouverts durant le second semestre, notamment à Douala (Cameroun), Dar Essalam (Tanzanie) et Maputo (Mozambique). Il faut dire que 2019 est une année de consolidation de la présence du groupe sur le continent africain.

Soulignons qu’outre ces trois nouveaux pays, le groupe est présent au Sénégal, en Côte d’Ivoire, en Afrique du Sud, en Guinée, ou encore au Rwanda. Au total, les investissements du groupe sur tout le continent sont estimés à 250 millions d’euros.

 

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Maroc Bureau ne sera finalement pas vendu

Article suivant

La presse électronique obtient l'autorisation de tournage pour son propre compte