Investissement

Hôtellerie : l’Israélien Fattal lorgne le Maroc

Quelques mois à peine après la normalisation des relations entre le Maroc et Israël dans le sillage des accords d’Abraham et la création par les gouvernements des deux pays de plusieurs groupes de travail interministériels destinés à développer la coopération économique bilatérale (groupe diplomatique, groupe économique destiné aux investissements, groupe dédié à l’agriculture et à l’environnement, groupe de tourisme et d’aviation et enfin un groupe d’innovation et technologie), les premiers investissements israéliens commencent déjà à poindre à l’horizon.


En effet, après le groupe agricole Mehadrin qui a annoncé récemment sa volonté d’y développer la culture des avocats en partenariat avec un industriel local, c’est au tour du secteur de l’hôtellerie d’être un autre vecteur des IDE (Investissements directs étrangers) israéliens au Maroc. Cette fois-ci, c’est Fattal Hotel Group, un des principaux acteurs hôteliers d’origine israélienne connu pour ses enseignes Leonardo, U Hotels, Nyx, Herods et Juris Inn, qui vient de jeter son dévolu sur le nouveau partenaire économique et politique de l’Etat d’Israël. Selon des sources bien informées, le groupe fondé en 1998 par David Fattal compte acquérir une dizaine d’établissements hôteliers au Maroc.

Lire aussi | Dakhla : la liste des nouveaux projets touristiques s’allonge

Pour l’instant rien ne filtre quant à l’enseigne (ou enseignes) ciblée(s) ni sur le positionnement ou l’emplacement géographique des hôtels dans le viseur mais une chose est sûre, le groupe Fattal compte bien casser sa tirelire pour faire du Maroc une base importante de son développement sur la rive sud-méditerranéenne où il n’est pas encore présent jusqu’à présent (hormis son marché domestique). C’est dire toute la confiance que porte le top management du groupe dans le potentiel touristique du Maroc et son aptitude à relever la tête de la crise sanitaire et économique sans précédent que traverse le secteur hôtelier marocain.

Lire aussi | Loi de finances 2021 : la DGI répond aux questions de la CGEM

D’ailleurs, il y a quelques jours à peine, Fleur Hassan-Nahoum, l’adjointe au maire de Jérusalem a affirmé lors d’une rencontre entre officiels émiratis et israéliens que « les deux prochains années vont profiter, sur le plan du tourisme, aux pays qui ont œuvré à bien contrôler la pandémie du Covid-19″. Espérons que le Maroc en fera partie. Ce qui confortera Fattal Hotel Group d’en faire le vingtième pays d’implantation pour son dispositif qui compte plus de deux cent unités hôtelières réparties sur 106 villes pour un total de 42.000 chambres et 12.000 employés.
Rappelons que Fattal Hotel Group capitalise quelques 1,32 milliard d’euros (plus de 14 milliards de dirhams) à la bourse de Tel Aviv où il est côté depuis trois ans, pour un chiffre d’affaires consolidé 2020 de 486 millions d’euros (près 5,3 milliards de dirhams).

 
Article précédent

«Mon histoire avec les médicaments», une autobiographie de feu Omar Tazi [Chapitre 1]

Article suivant

Youssef Amrani, Ambassadeur du Maroc en Afrique du Sud : «la formation est la passerelle prioritaire et la voie privilégiée d’une diplomatie qui souhaite gagner en compétence et en efficience»