Financement

L’IFC accorde un prêt de 100 millions de dollars à la Région Casablanca-Settat

La région Casablanca-Settat décroche une enveloppe de 100 millions de dollars, sans garantie souveraine, auprès de l’IFC. Ce financement servira, entre autres, à financer les nouvelles lignes T3 et T4 du tramway de Casablanca.


C’est une première dans la région MENA. La Région Casablanca-Settat vient en effet de décrocher un financement de 100 millions de dollars (environ 1 milliard de DH), sans garantie souveraine, auprès de l’IFC (Société Financière Internationale-Groupe de la Banque mondiale). Ce prêt, qui est accompagné d’une assistance technique au profit de la région, servira notamment à financer des projets d’infrastructures régionales à fort impact.

Il s’agit du premier prêt commercial sans garantie souveraine à une région marocaine. Soulignons que le partenariat entre l’IFC et la Région Casablanca-Settat s’inscrit dans le cadre plus large du programme du Groupe de la Banque mondiale visant à conjuguer les instruments d’appui aux réformes de la Banque mondiale et les investissements de l’IFC pour soutenir le développement local et accompagner le processus de régionalisation avancée du Royaume du Maroc. Force est de noter aussi que ce financement représente le premier investissement de l’IFC dans un projet d’infrastructure porté par une région au Moyen-Orient et en Afrique.

Lire aussi: La CGEM et l’IFC s’allient en faveur de la dynamisation du secteur privé

Dans le détail, le prêt accordé par l’IFC sera utilisé par la Région Casablanca-Settat en partie pour financer sa contribution aux nouvelles lignes T3 et T4 du tramway de la ville de Casablanca. Soulignons que ce projet d’extension permettra d’ajouter 39 stations et 26 kilomètres supplémentaires au réseau du tramway et de réduire le temps de trajet d’environ 40%. De même, cette enveloppe permettra également à la région de financer la réalisation de plusieurs centaines de kilomètres de pistes et routes dans les communes rurales de la Région Casablanca-Settat, afin de relier quelque 400.000 personnes aux écoles, hôpitaux, marchés, et à d’autres services.

« La Région Casablanca-Settat est le cœur de l’économie marocaine. En développant le transport en commun et le réseau routier local, nous pouvons connecter davantage de personnes aux opportunités d’emploi et aux services, réduisant ainsi les disparités régionales et améliorant la qualité de vie des populations », a déclaré Mustapha Bakkoury, Président du Conseil Régional de la Région Casablanca-Settat. Il va sans dire qu’à travers ce prêt, la Région Casablanca-Settat ouvre la voie aux autres régions et collectivités locales qui pourront ainsi dorénavant diversifier leurs sources de financement, en vue d’accompagner la dynamique de régionalisation avancée du Royaume.

« Beaucoup a été fait ces dernières années au Maroc en matière d’infrastructures, mais les besoins en équipements publics dans les régions restent importants », a souligné Sérgio Pimenta, Vice-Président de l’IFC pour le Moyen-Orient et l’Afrique. « Dans un contexte budgétaire contraint, encourager les collectivités locales à avoir recours à des financements privés sans garantie souveraine est un moyen de stimuler les investissements dans les infrastructures locales, et donc de contribuer à améliorer les conditions de vie des populations », a-t-il ajouté.

Pour rappel, le financement de l’IFC s’accompagne d’un programme complet d’assistance technique au bénéfice de la Région Casablanca-Settat, dans le cadre de l’Initiative pour les Villes (IFC Cities Initiative). Il s’agit d’un programme financé par le gouvernement japonais qui vise à renforcer les capacités institutionnelles de la région en matière de mise en œuvre de projets conformément aux meilleures normes internationales, tout en contribuant à la création de nouvelles opportunités de développement d’infrastructures modernes.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

«Car Of The Year Morocco 2020» : la Volvo S60 remporte le titre

Article suivant

Le Maroc toujours 13ème pays africain