Entreprise

IFC, la Bourse de Casablanca et ONU-Femmes joignent leurs efforts pour la parité des genres

La Société Financière Internationale (IFC), la Bourse de Casablanca et ONU-Femmes se mobilisent pour la parité des genres.


 Dans le cadre de la Journée Internationale des Droits des Femmes, ces trois institutions ont pris part, aux côtés de 99 autres Bourses à travers le monde, à la 7ème édition de l’initiative Ring the Bell for Gender Equality qui vise à promouvoir la participation des femmes en entreprise. « La diversité des genres dans le monde du travail, en particulier parmi les cadres et dans les postes de direction, est un levier de performance pour les entreprises. Les femmes représentent un formidable vivier de talents qu’il faut mobiliser, et de compétences et de créativité que l’on ne peut plus ignorer, particulièrement en ces temps de relance de nos économies, durement touchées par la pandémie de COVID-19 », a déclaré Xavier Reille, directeur d’IFC pour le Maroc, la Tunisie et l’Algérie.

Lire aussi| OCP et Crédit Agricole du Maroc s’allient pour offrir une panoplie de solutions aux agriculteurs

De son côté, Tarik Senhaji, Directeur Général de la Bourse de Casablanca a souligné que dans le contexte actuel de la relance économique, la parité hommes-femmes est une nécessité première et ce, que ce soit dans l’accès au financement ou dans l’accès à des postes de management et de leadership au sein de l’entreprise. « À la Bourse de Casablanca, nous avons encouragé la parité des genres. D’ailleurs, les femmes représentent 51% de notre effectif et occupent 33% des postes managériaux », a-t-il ajouté. Pour sa part, Leila Rhiwi, Représentante d’ONU Femmes au Maroc, a fait remarqué que les inégalités entre les sexes et la persistance de l’exclusion des femmes du marché du travail coûtent cher à l’économie marocaine. Force est de noter que IFC travaille avec le secteur privé et les partenaires internationaux du développement pour éviter que les écarts entre les sexes, accentués par la pandémie, ne se creusent davantage. Ainsi, au niveau mondial, IFC participe à hauteur de 8 milliards de dollars à un programme de sauvegarde des emplois, et contribue à hauteur de 4 milliards de dollars à la mise en place d’une plateforme mondiale pour la santé.

Lire aussi|50 femmes qui comptent : Saloua Belarbi, Directrice Communication, Sponsoring & Evénementiel chez Maroc Telecom

De même, IFC fournit des conseils aux sociétés pour favoriser une réponse à la crise et une relance économique équitable, et donne la priorité, dans ses propres investissements, à la parité hommes-femmes. De son côté, le travail de l’ONU-Femmes est guidé par les principes d’autonomisation des femmes (WEP) qui offrent un cadre intégré et proposent des solutions pour promouvoir l’égalité de genre et la participation des femmes à tous les niveaux, que ce soit sur le lieu de travail, le marché et au sein de la communauté. D’ailleurs, un nombre croissant d’entreprises, dont 7 au Maroc, a rejoint le réseau des principes d’autonomisation des femmes des Nations Unies au cours de l’année passée. Pour rappel, Ring the Bell for Gender Equality est une initiative mondiale et le fruit d’un partenariat entre IFC, ONU Femmes, le Pacte Mondial des Nations Unies, Women in ETFs, l’Initiative des Bourses Durables (SSE) et la Fédération mondiale des Bourses (WFE).

 
Article précédent

Le virage antidémocratique

Article suivant

AFEM : convention avec la CFCIM pour promouvoir la création d’entreprise [Vidéo]