Il fait l'actu

Il fait l’actu : Mohamed Benchaaboun, ministre de l’Economie et des Finances

Les financement alloués aux régions dans le cadre de la mise en œuvre de la régionalisation avancée vont atteindre les 10 milliards de dirhams annuellement à partir de 2021, a annoncé, jeudi à Rabat, le ministre de l’Economie et des finances, Mohamed Benchaaboun.


Dans le cadre de la mise en œuvre de la régionalisation avancée, un montant de 10 MMDH sera consacré aux régions à partir de 2021, contre 9,6 MMDH en 2020 et 8,5 MMDH en 2019, a fait savoir le ministre de l’Economie et des Finances qui présentait devant les Commissions des finances des deux Chambres du Parlement, le bilan d’étape de l’exécution du budget à fin juin 2019 et le cadre général d’élaboration du projet de loi de finances 2020.

Le ministre a souligné à cette occasion la nécessité de poursuivre la dynamique de l’investissement et d’accompagner les différents chantiers stratégiques notamment l’enseignement, la santé, l’habitat, la justice, la réforme des centres régionaux d’investissement (CRI) et les stratégies sectorielles.

Benchaaboun a également mis l’accent sur l’importance de rationaliser la création des postes budgétaires et des dépenses de fonctionnement de l’administration, et d’accélérer la réforme globale des systèmes de retraite et de poursuivre la réforme graduelle du système de compensation.

Il a également souligné l’impératif de revoir la gestion des investissements publics à travers principalement le recours à des outils de financements innovants et l’amélioration de l’efficacité des investissements en favorisant les projets les plus productifs aux niveaux social et économique.

Au cours de la période 2020-2022, le déficit budgétaire devrait être maîtrisé à hauteur de 3% du Produit intérieur brut (PIB), a-t-il relevé, ajoutant que croissance devrait atteindre 4% à l’horizon 2022, dans le sillage de la poursuite des stratégies sectorielles, de l’accélération du rythme des réformes structurelles ainsi que de l’amélioration de la demande extérieure destinée au Maroc. 

Evoquant les principaux défis relatifs à la gestion des finances publiques, Benchaaboun a précisé que le coût global annuel des augmentations prévues suite aux résultats du dialogue social s’élève à 14,25 MMDH à partir de 2021. 

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Le Conseil de gouvernement fixe le montant maximal des microcrédits

Article suivant

ONCF : nouveau protocole d’accord pour transformer le secteur