Actualités

Il fait l’actu : Mohamed Boussaïd

 


A la date du 31 décembre 2014, quel sera le montant récolté dans le cadre de la contribution libératoire sur les avoirs détenus à l’étranger ? Bien malin celui qui sera capable de le prédire… A moins de quarante huit heures de la fin de la mesure d’amnistie qui ne sera pas renouvelée, les montants annoncés diffèrent les uns des autres, selon les sources. Mais une chose est sûre : l’opération pilotée par le ministre de l’Economie et des finances, Mohamed Boussaïd, est déjà une réussite. En effet, l’amnistie fiscale décrétée par le gouvernement pour lutter contre l’évasion fiscale rapportera au moins trois fois plus que prévu, soit 15 milliards de dirhams alors qu’initialement Boussaïd ne tablait que sur 5 milliards.

Rappelons que c’est dans le cadre de la loi de finances 2014 que cette mesure d’amnistie fiscale en faveur des résidents marocains coupables d’évasion, en échange d’une contribution, avait été prise. Autrement dit, il s’agit de Marocains résidant au Maroc qui ont, par le passé, transféré illégalement des avoirs à l’étranger.  Si ces avoirs sont légaux hors du royaume (il peut s’agir d’appartements, de participations dans des sociétés, d’achats d’actions ou encore de comptes bancaires), ils représentent une infraction à la réglementation du point de vue marocain dans la mesure où ils n’ont pas fait l’objet d’une déclaration préalable à l’Office des changes. En tous les cas, le ministre de l’Economie et des finances, vers qui tous les yeux sont tournés, peut déjà se frotter les mains. Verdict en début janvier.

 
Article précédent

Automobile : Les grands équipementiers bouclent une année 2014 historique

Article suivant

Agenda - Une rencontre sur l'environnement des affaires au Maroc