Actualités

Il fait l’actu : Mohamed Jouahri

Mohamed Jouahri, wali de Bank Al –Maghrib fait la Une de la majorité des quotidiens de ce lundi suite à la présentation à SM. Le Roi Mohammed VI du rapport annuel pour l’année 2013.


Ledit rapport de 303 pages (file:///C:/Users/youssef/Desktop/RAPPORT_ANNUEL_2013_fr.pdf) est une véritable radioscopie du pays en  passant au crible la situation économique, financière et monétaire du royaume. Le rapport décortique tous les secteurs, chiffres à l’appui en soulignant les points forts, les points faibles tout en  prescrivant les remèdes notamment pour les secteurs qui nécessitent un traitement d’urgence.

Dans son allocution devant  le souverain. Jouahri a d’abord planté le décor en relevant  que l’économie nationale a réalisé en 2013 des résultats satisfaisants en dépit  des effets de la crise mondiale.
 
Ainsi donc la croissance du produit intérieur brut(PIB) s’est améliorée de 2,7 pc à 4,4 pc à la faveur d’une forte progression de la valeur ajoutée agricole. Le déficit budgétaire est revenu de 7,4 % à 5,5 % du PIB.

Le taux de chômage a légèrement augmenté à 9,2%, impacté par la décélération des activités non agricoles.
 
Sur le plan  monétaire, l’inflation a été contenue  à 1,9%et malgré  la décompensation partielle des prix de certains produits pétroliers.

Jouahri  a mis le doigt sur les chantiers à traiter en priorité et au plus vite. Il s’agit notamment  de la budgétivore fonction publique, du chantier de la régionalisation avancée, de la justice pour améliorer et consolider le climat d’affaires, l’épineux dossier des régimes de retraites, l’impératif de réformer le système éducatif et de la formation en insistant sur la  qualité.

Le rapport du wali est édifiant à plus d’un titre  mérite d’être vulgarisé à tous les niveaux.

Jouahri  a en fait établi une véritable feuille de route pour un Maroc tourné vers l’avenir.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Financement des partis : Hassad a raison

Article suivant

La fin du syndicalisme par ( Jamal Berraoui )