Il fait l'actu

Il fait l’actu : Mohamed Najib Boulif, secrétaire d’Etat chargé du transport

Le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, chargé du Transport, Mohamed Najib Boulif, a mis en exergue, jeudi soir à Londres, les atouts maritimes du Maroc en tant que porte d’entrée de l’Europe, située à la croisée des plus importantes routes maritimes.


« L’implication du Maroc dans tous les domaines et objectifs stratégiques de l’Organisation maritime internationale (OMI), reflète sa volonté et son engagement à aider la communauté internationale et à contribuer à assurer la sécurité des navires et à préserver l’environnement maritime », a relevé Boulif dans un exposé présenté lors d’une rencontre organisée dans la capitale britannique, en présence de l’ambassadeur du Maroc au Royaume Uni, Abdeslam Aboudrar et du Secrétaire général de l’OMI, Kitack Lim.

« L’engagement du Maroc n’est pas seulement un choix, il s’impose par sa position stratégique en tant que porte d’entrée de l’Europe, situé au carrefour de routes maritimes », a souligné Boulif lors de cette rencontre, organisée dans le cadre du soutien de la candidature du Maroc en vue de sa réélection au Conseil de l’OMI à l’occasion de la 31-ème session de l’Assemblée de l’OMI, prévue du 25 novembre au 05 décembre à Londres.

Le Maroc est bordé par un littoral de 3.500 km de long, faisant face à l’océan Atlantique jusqu’à l’ouest et la mer Méditerranée au nord avec un transit de 20% à 25% du trafic pétrolier mondial et 20% de trafic mondial des conteneurs, a indiqué le Secrétaire d’Etat chargé du Transport.

Ainsi, en tant qu’État du pavillon, le Maroc veille à la conformité de ses navires avec les règles de sécurité. Et en tant qu’État du port, le Maroc joue un rôle important dans la mer Méditerranée. Il a d’ailleurs initié la création du MedMoU, héberge le centre d’information de cet accord régional et se conforme à ses directives en inspectant 15% des navires faisant escale dans ses ports, a-t-il fait savoir.

Le Maroc, a poursuivi Boulif, en tant qu’État côtier préoccupé par la sécurité et la sûreté de ses eaux, s’appuie sur des aides à la navigation et un dispositif de séparation du trafic. Il contribue ainsi au renforcement de la sécurité et assure une mission de sauvegarde des vies humaines en mer dans une région où le contexte géopolitique connaît une forte instabilité.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

L’OMT choisit le Maroc pour sa prochaine Assemblée générale

Article suivant

La Cour des comptes publie son rapport 2018