Flash-eco

Il fait l’actu : Nizar Baraka, Président du Conseil économique, social et environnemental (CESE)


A défaut d’avoir l’unanimité avec lui, il a réussi à réunir la majorité hier jeudi 30 octobre pour faire adopter au Conseil économique, social et environnemental (CESE) qu’il préside, l’avis de cette institution sur les projets de loi relatifs à la réforme des régimes des pensions civiles, recommandant de relever l’âge de la retraite à 63 ans, à raison de 6 mois par an pendant les 6 prochaines années. Il faut dire que la partie n’était pas gagnée d’avance. Il a fallu à l’ancien ministre de l’Economie et des Finances qu’il manœuvre habilement lors de la dernière session du CESE en demandant une reformulation de l’avis relatif aux retraites pour en arriver là. Car, c’est cette nouvelle version qui a été adoptée à la majorité, mettant donc fin au suspense dans le feuilleton portant sur l’avis du Conseil. En effet, réuni hier à Rabat en assemblée générale extraordinaire sous sa présidence, le CESE a adopté son avis relatif à la limite d’âge des fonctionnaires et agents de l’Etat, des municipalités et des établissements publics affiliés au régime des pensions civiles suite à une saisine du Chef du gouvernement en date du 1er août 2014.  Ainsi, tout en  affirmant l’urgence de réformer le régime des pensions civiles, le CESE  souligne la nécessité d’inscrire cette réforme dans le cadre de la construction d’un pôle public et d’une réforme globale de l’ensemble des régimes. Partant, il recommande l’élaboration d’une loi-cadre avant juin 2015. Concernant la réforme paramétrique, les mesures proposées par le CESE assureraient au système actuel une viabilité minimale de 5 ans. Sur l’obligation de prolonger la durée de contribution des affiliés au régime des pensions civiles, le CESE recommande de relever l’âge de la retraite à 63 ans, à raison de 6 mois par an pendant les six prochaines années. Cette approche doit aussi ouvrir la possibilité à ceux qui le souhaitent d’opter pour l’option de départ à la retraite à l’âge de 65 ans en accompagnant cette mesure par l’introduction d’un échelon supplémentaire dans la grille de la fonction publique, permettant aux affiliés d’améliorer la base de calcul de leurs pensions. Dans ce cadre, le Conseil appelle à évaluer, au bout de deux ans, les résultats des mesures mises en place, et à en évaluer l’impact sur la viabilité du régime. En relation avec la proposition d’augmentation du taux de cotisation de 20 à 28%, la proposition du CESE va dans le sens d’une répartition de la cotisation globale de 28%, pour les salaires inférieurs au plafond, à raison de 12,5% pour l’employé et de 15,5% pour l’Etat/employeur.

 
Article précédent

Energie renouvelable : Le salon « Photovoltaïca » à Casablanca

Article suivant

AIM joue la carte des experts “in house”