Portrait

Il veut révolutionner le recrutement en ligne

Après plus de 10 ans d’expérience en Europe où il a travaillé pour plusieurs multinationales telles que JP Morgan, ou encore le groupe Vedior, Jamal Boumiloud décide en 2012 de rentrer pour s’installer définitivement au Maroc. Il crée alors son entreprise Marocadres, une plateforme de recrutement en ligne, qui est devenue aujourd’hui un allié incontournable des entreprises du Royaume.


Avoir un capital humain de qualité est un atout précieux pour toute entreprise. Du coup, trouver le meilleur talent est devenu une obsession permanente chez les DRH. Et c’est là qu’intervient Marocadres. Cette plateforme de recrutement en ligne du cabinet lancée par Jamal Boumiloud en 2012, fait partie des plateformes ayant pignon sur rue.

« J’ai fondé Marocadres lorsque je suis rentré au Maroc pour m’installer avec ma famille en 2012. Le concept du cabinet est de se positionner entre le jobboard classique et le cabinet de recrutement. En effet, Marocadres propose à ses partenaires de publier leurs offres d’emploi, mais aussi de présélectionner les candidats grâce à des consultants qui font partie de notre équipe », explique Jamal Boumiloud.

« L’idée était d’abord de créer une plateforme pour les MRE qui souhaitent rentrer au Maroc et qui sont à la recherche d’une nouvelle opportunité. Petit à petit, Marocadres est devenu un portail qui est davantage destiné au locaux plutôt qu’aux MRE », ajoute-t-il. Aujourd’hui, Marocadres a une base de données bien fournie qui permet aux entreprises de trouver les talents dont elles ont besoin. 

Ambitions et priorités 

«J’ai démarré tout seul chez moi afin de me laisser le temps de bien comprendre les mécanismes du marché marocain et de son tissu économique.  Il faut savoir que le recrutement au Maroc a ses propres codes qui ne sont pas les mêmes qu’en Europe. Il m’a donc fallu un temps d’adaptation et un effort supplémentaire pour y arriver. Aujourd’hui, je travaille avec une équipe d’une dizaine de personnes dont je suis très fier. Le chemin parcouru en huit ans n’a pas été facile tous les jours, mais j’en suis satisfait! », confie Jamal Boumiloud, qui a, depuis, créé une deuxième plateforme, liée à Marocadres, dont le nom est Autocity.ma.

Il s’agit d’un jobboard qui met en vitrine toutes les offres d’emploi du secteur automobile. «Les défis que nous rencontrons sont essentiellement des freins liés aux habitudes des entreprises. Je pense au recrutement via le canal informel ou via des prestataires présents depuis tellement longtemps, que leur partenariat est devenu la normalité.  Ce frein est aussi devenu une force dans le sens où nous sommes de plus en plus mandatés par des multinationales étrangères qui viennent s’installer au Maroc et qui par défaut, donnent leur chance à de nouveaux acteurs du marché du recrutement. Mais notre place se fait petit à petit et nos clients nous donnent un très beau retour via notre taux de satisfaction de plus de 85% », détaille le patron.

D’ailleurs, pour davantage booster sa visibilité, Marocadres entend cette année communiquer de manière plus massive avec un marketing de plus en plus développé. L’entreprise lancera également, des outils supplémentaires qui intègrent des concepts totalement nouveaux dans le domaine du recrutement. «Notre objectif à court terme est de fidéliser notre clientèle pour continuer à asseoir notre position sur le marché. A moyen terme, notre ambition est de prouver notre efficacité grâce à un mix composé de l’expertise de notre équipe et des nouveaux outils technologiques que nous allons proposer. Nous avons aussi dans le pipeline, un nouveau département qui sera créé dans le courant du deuxième semestre et qui proposera d’autres types de services RH », assure-t-il. 

Un riche parcours professionnel

Né le 1er janvier 1975 à Bruxelles, Jamal Boumiloud est fils d’ouvrier. Il entame ses études supérieures en médecine à l’Université libre de Bruxelles, après avoir décroché son BAC. « J’ai compris que je n’allais pas faire une grande carrière de médecin et je me suis dit qu’il était temps pour moi de commencer à travailler. J’ai alors commencé dans une chaîne de magasins de produits pour la maison. Cette expérience m’a ouvert les yeux et m’a permis de me rendre compte de l’importance de faire des études supérieures », raconte le manager. En 1995, il décide alors de reprendre les études  et intègre l’EPHEC (Ecole Pratique des Hautes Etudes Commerciales), option Marketing – Management.

« En 1998, à la fin de mes études, j’ai directement commencé à travailler pour le groupe bancaire JP Morgan. Je faisais partie d’une société qui s’appelait Euroclear et qui traitait la dématérialisation des titres sur les marchés financiers. Après 1 an et demi, j’ai décidé de me lancer dans un poste commercial et j’ai intégré le jobboard Stepstone lors de son démarrage en Belgique et en Europe », confie Jamal Boumiloud. « C’était le grand début des jobboards en Europe et une vraie révolution pour le secteur du recrutement. On passait de l’envoi de CV par la poste à l’envoi et l’accès électronique. J’occupais le poste de Télésales au sein de cette entreprise », poursuit-il.

Il a par la suite occupé différents postes à caractère commercial dans le secteur des ressources humaines. Jamal Boumiloud s’est aussi spécialisé dans le secteur de l’intérim au sein du groupe Vedior (racheté par le groupe Randstad) à Bruxelles, et a géré des agences d’intérim avec notamment la Commission Européenne comme client. Il va sans dire qu’avec son expertise, Jamal Boumiloud entend positionner Marocadres comme un allié de taille des entreprises du Royaume pour ce qui concerne leurs opérations de recrutement.

 
Article précédent

Coronavirus : Nouvelle fréquence de circulation des tramways à Casablanca

Article suivant

Coronavirus : Les assureurs prennent des mesures en faveur des assurés