Interview

Ilham Khalil, DG de TFZ : « Nous répondons parfaitement aux attentes des industriels »

Lancée en 1999, Tanger Free Zone est considérée comme le plus important pôle d’activité de la région du Nord dans le Royaume. Spécialisée majoritairement dans le secteur automobile, cette zone d’activité entend poursuivre tambour battant son développement au service des opérateurs industriels. Ilham Khalil, directrice Tanger Free Zone, nous livre son appréciation sur l’activité de la zone qu’elle dirige et laisse entrevoir quelques axes futurs d’amélioration de cette plateforme.


Challenge : Tanger Free Zone a accueilli durant deux jours le Salon de la sous-traitance automobile, une belle fenêtre d’exposition pour les opérateurs. Que retenez-vous de la dernière édition de cet événement ?     

Ilham Khalil : Le Salon de la sous-traitance est un évènement incontournable pour le secteur automobile aujourd’hui. Il s’est déroulé en plein cœur de l’écosystème automobile de Tanger Med. Ce fut justement l’occasion pour les professionnels du secteur de l’automobile, les constructeurs, les équipementiers et autres sous-traitants de se retrouver dans un environnement professionnel en vue de chercher des pistes d’amélioration de façon à rehausser la compétitivité de tout le secteur.  

Vous êtes aux commandes de Tanger Free Zone. Quel bilan faites-vous à ce jour de l’activité de ce pôle de compétitivité régional et international ?

Faisant partie intégrante de Tanger Med Zones, au même titre que Tanger Automotive City, Tanger Free Zone est une plateforme dédiée principalement aux activités et aux métiers de l’automobile. Elle répond parfaitement aux attentes des industriels, notamment en termes d’infrastructures. Sachez que nous fonctionnons aujourd’hui en guichet unique et nous accueillons les industriels automobiles depuis leur première phase de prospection, jusqu’à leur décision d’installation et bien au-delà. La proposition de valeur de la plateforme s’articule également autour de la compétitivité logistique grâce au port de Tanger Med. Ce qui permet aux industriels d’être connectés mondialement. J’ajouterais aussi que nous proposons des formations adaptées aux professionnels du secteur de l’automobile, mais également des «incentives» qui sont principalement axés sur leur secteur d’activité. 

Y a-t-il des axes d’amélioration que vous avez identifiés pour répondre au mieux aux attentes des entreprises qui choisissent Tanger Free Zone ?

Tanger Med Zones travaille en synergie totale avec le ministère de l’Industrie et l’ensemble des fédérations, l’objectif étant de répondre aux besoins et aux attentes à moyen et à long terme du secteur en termes d’infrastructures, mais aussi en termes de collaboration entre le tissu déjà existant et celui à venir. Sachez qu’aujourd’hui, juste au niveau de Tanger Free Zone, nous avons plus d’une cinquantaine d’équipementiers de rang 1, 2 et 3, et plus d’une centaine de sous-traitants qui collaborent exclusivement avec le secteur automobile dans des métiers aussi différents que variés tels que la métrologie, la logistique, la maintenance industrielle, entre autres. Notre rôle aujourd’hui consiste à accompagner tous ces opérateurs et cet écosystème pour qu’ils puissent trouver des opportunités d’affaires et que leur installation puisse être pleinement réussie.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Maroc : L’ambassade de France finance les projets des jeunes en précarité

Article suivant

Les voyagistes veulent dépoussiérer leurs statuts