Politique

Ilyas el Omari prisonnier du PAM

Le conseil national du Parti Authenticité et Modernité (PAM) a décidé, au terme de sa 22ème session tenue dimanche 22 octobre 2017 à Skhirat, d’ « imposer » à Ilyas El Omari, qui avait présenté sa démission du poste de secrétaire général le 07 août 2017, de continuer d’assumer ses responsabilités à la tête du parti jusqu’à la tenue de sa prochaine session.


« En raison des échéances organisationnelles, électorales et politiques jalonnant l’agenda du parti durant la phase actuelle, le conseil national a imposé à Ilyas El Omari de continuer d’assumer ses responsabilités à la tête du parti, jusqu’à l’organisation de la prochaine session », indique le conseil national. Il a été « décidé d’organiser une session extraordinaire pour examiner ce sujet, à la lumière de propositions pratiques qui seront élaborées par les membres du secrétariat du conseil national, la présidence du conseil, les membres du bureau politique et un membre de chaque région », ajoute la même source. La plupart des interventions ont été interrompues lors de la discussion de la démission du secrétaire général et l’évaluation de son contexte, son impact et ses implications, relève le conseil, ajoutant qu’alors que « des divergences ont été enregistrées au niveau des estimations et des positions, concernant cette démission, que ce soit sur le plan juridique, organisationnel ou politique ou encore dans le cadre de son contexte national et son timing, Ilyas El Omari a pris de nouveau la parole pour assurer que les interventions confirment que le parti aura un avenir prometteur sur la scène politique, eu égard à la diversité de ses composantes et ses sensibilités ».

Pour rappel, le bureau politique du PAM avait annoncé le 07 août que prenant compte de sa responsabilité politique en sa qualité de secrétaire général du parti, qui a assuré plusieurs missions à la tête de la formation depuis plus d’une année, notamment lors des dernières élections, Ilyas El Omari a présenté sa démission en affirmant qu’il sera toujours un militant au sein du parti et de ses instances ». Après un long débat, ajoute le bureau, « les membres du bureau politique ont exprimé, à l’unanimité, leur refus de la décision individuelle du secrétaire général », mais devant son attachement à sa décision, il a été décidé de délibérer de la démission devant le conseil national du parti.

Habib Belkouch avait été désigné pour assurer l’intérim.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Au cœur de Oppama se construit la nouvelle Leaf

Article suivant

Le paiement par carte n’est pas encore dans les mœurs