Portrait

Imad Tadili, cofondateur de Hezz Taxi : il a la fibre entrepreneuriale

Jeune et dynamique, Imad Tadili, 23 ans et cofondateur de la startup marocaine Hezz Taxi, veut concurrencer les opérateurs de VTC du royaume tels que Careem ou encore Heetch. Pour y arriver, le startupeur et son équipe ont bien mûri leur plan.


L’application que sa startup a lancée fait sensation depuis plusieurs mois à Rabat. Mettre en relation clients et chauffeurs de taxi expérimentés dans la capitale administrative du Royaume, tel est le crédo de Hezz Taxi, l’application 100% marocaine développée par Imad Tadili et de deux de ses amis, Khalid Kouhili et Walid Hasnaoui. « Ce projet a émergé il y a près de deux ans. Un soir, en rentrant d’un événement à Paris, l’idée nous est venue de créer notre application mobile de mise en relation entre un utilisateur et un chauffeur au Maroc. Nous avions souvent recours aux différentes applications de transport de personnes. Nous avons donc décidé de nous lancer dans notre pays d’origine, avec comme principale différence le fait de collaborer exclusivement avec des chauffeurs de taxi en toute légalité», explique Imad Tadili. « Il y’a eu un bon nombre de sociétés qui n’ont pas réussi un tel projet au Maroc. Un bon nombre d’investisseurs qui ont été frileux à l’idée d’investir dans un tel projet. Mais, pour notre part, nous étions persuadés que, malgré les barrières, ceux qui ont échoué n’ont juste pas été suffisamment persévérants et ambitieux », poursuit le jeune entrepreneur de 23 ans. Hezz Taxi a été lancée, dans sa première phase, à Rabat. Une étape très importante et symbolique pour les fondateurs de Hezz Taxi, qui sont tous les trois originaires de la capitale administrative du Maroc. Mais, pas question pour la startup de travailler avec des chauffeurs qui exercent dans l’illégalité.

Travailler avec les chauffeurs de taxi dans un cadre réglementé

« Le secteur du transport n’est pas réglementé au Maroc, ll faut pouvoir suivre les évolutions liées à l’utilisation des nouvelles technologies et de la digitalisation qui sont désormais inévitables et qui constituent des inflexions majeures au niveau de l’économie. De nos jours, beaucoup d’utilisateurs sont prêts à utiliser une application mobile pour commander un taxi. Le secteur des taxis est de plus en plus concurrencé par les nouveaux moyens de transports et applications VTC. Nous constatons aujourd’hui, qu’un grand nombre d’utilisateurs d’applications VTC ne sont pas réglementés. C’est pour cela que nous souhaitons les convertir à l’application Hezz Taxi exclusivement dédiée aux chauffeurs de taxis dans un cadre réglementé. Nous sélectionnons les taxis avec des véhicules de gamme supérieure, récents et confortables. Nos chauffeurs de taxis Hezz sont spécifiquement sélectionnés, signataires d’une charte qualité exigeante et faisant l’objet d’un suivi qualité dédiée », détaille Imad Tadili. Aujourd’hui, Hezz Taxi travaille de concert avec les différents syndicats de taxi et aussi en partenariat avec les autorités, notamment la Wilaya de Rabat. Face au succès de l’application, la jeune startup ne peut s’empêcher de nourrir de nouvelles ambitions. « Nous pensons attirer grâce à notre application, une clientèle  de plus en plus intéressée par ce mode de transport. Notre vision de développement est de conquérir tous les utilisateurs d’applis de VTC. Notre seul but est de mettre à l’honneur le Made In Morocco, avec une vision ouverte sur le monde digital en se développant partout au Maroc, mais aussi en Afrique subsaharienne », précise Imad Tadili.

Ambitions

Pour ce faire, Hezz Taxi entend développer sa flotte de taxis, mettre en place un dispositif incitatif capable de motiver les chauffeurs pour qu’ils travaillent avec une organisation simple et aussi les « intégrer professionnellement ». La startup cible aussi de nouvelles villes pour se déployer. Les grandes villes du Royaume telles que Casablanca, Marrakech, Tanger sont dans son viseur. Né à Rabat le 05 août 1995, Imad Tadili confie qu’il a toujours voulu devenir chef d’entreprise, en  créant sa propre société. Après l’obtention en 2013 du BAC scientifique avec mention Bien au lycée Al Manbaa de Rabat, il intègre les classes préparatoires aux grandes écoles de commerce de 2013 à 2015. « Après deux ans de classes préparatoires, j’ai réussi à décrocher de prestigieuses écoles de commerce en France, j’ai choisi L’ESC PAU car c’est la N°1 en apprentissage », confie-t-il. Imad Tadili poursuit donc ses études en vue de décrocher son diplôme de Master en Marketing opérationnel.

Bio Express

1995 : Naissance à Rabat

2013 : Obtention du BAC scientifique au lycée Al Manbaa de Rabat

2015 : Admission à l’ESC PAU (France)

Août 2018 : Lancement effectif de Hezz Taxi à Rabat

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Les ambitions d’Air Malta

Article suivant

Seat introduit son premier SUV au Maroc