Immobilier d'entreprise

Immobilier d’entreprises : le Maroc vise les multinationales


Le Maroc comptera 20 centres commerciaux d’ici à 2020. L’offre de bureaux à Casablanca sera ainsi amenée à passer à plus de 2,1 millions de m2 de surfaces. Objectif : mettre le Maroc dans les radars des multinationales.

A l’occasion des 10 ans de CBRE au Maroc, l’opérateur international en matière de conseil dans le domaine de l’immobilier d’entreprises a organisé, le 21 octobre à Casablanca, un forum sous le thème de : «l’investissement dans l’immobilier d’entreprise : enjeux et perspectives de l’immobilier bureau, commercial et industriel».

Un des premiers enseignements de cette rencontre est que l’investissement dans l’immobilier d’entreprises au Maroc souffre toujours de l’inadéquation entre l’offre et la demande. Les participants à cette rencontre en attestent. En particulier, le marché marocain demeure marqué par la rareté de produits de qualité destinés aux investisseurs, ainsi que par l’affaissement de la demande des utilisateurs.

Sur les dix dernières années, le Maroc a réalisé plusieurs projets dans le secteur tertiaire, tels que centres commerciaux, entrepôts et immeubles de bureaux de nouvelle génération. Cependant, ces produits restent assez rares car pour la plupart sont détenus directement par les utilisateurs qui y voient une valeur de placement à long terme.

Le Maroc a toutefois pris conscience de cette tendance de rareté et développe une offre immobilière dédiée l’entreprise, déclarent les organisateurs du forum. D’ailleurs, le Royaume compte actuellement 9 centres commerciaux prêts à l’exploitation et 20 en projet d’ici à 2020. En particulier, l’offre de bureaux dans la ville de Casablanca est amenée à passer de 1,6 million de m2 actuellement à 2,1 millions de m2 à horizon 2020. Au total, sur la période 2010-2020, le stock de bureaux dans la capitale économique du Royaume aura presque doublé.

Face à ces données, l’offre existe mais pour qu’elle attire une bonne demande, il faut gagner la confiance du client. La confiance est le maître-mot du marché de l’immobilier d’entreprise. Les investisseurs restent donc très prudents et préfèrent investir par le biais de l’acquisition et de la location. «Etant donné que le Maroc jouit d’une stabilité politique et économique, l’enjeu est donc augmenter la gamme des marques internationales de l’immobilier d’entreprise pour se mettre dans les radars des multinationales», concluent les organisateurs.

 
Article précédent

Ouled Hadda promise à devenir la première zone industrielle du Maroc

Article suivant

C’est confirmé, la CIMR déménagera à CFC en 2017