Immobilier logistique

Immobilier logistique : l’achat demeure l’option principale des entreprises

L’Association des opérateurs économiques des zones industrielles de Sidi Bernoussi (Izdihar) évalue les tendances des entreprises en 2019. Une étude dévoilée lors d’une récente rencontre organisée par l’association, montre que l’achat reste la première option des entreprises en cas de besoin futur.


C’est une question qui taraude la plupart du temps tout industriel. Faut-il investir dans une acquisition de local ou plutôt aller simplement louer un local déjà bien équipé dans une zone industrielle ? Pour répondre à cette question, l’Association des opérateurs économiques des zones industrielles de Sidi Bernoussi (Izdihar), en partenariat avec l’association AZIAN, a organisé le 24 avril une rencontre sur le sujet.

Placée sous le thème « Louer ou acheter en 2019, quelle stratégie immobilière pour une chaîne industrielle et logistique », cette conférence a connu la participation de plusieurs autorités publiques et chefs d’entreprises tels que Nabil Kharroubi, gouverneur de la préfecture d’arrondissement Sidi Bernoussi-Sidi Moumen, de Hassan Benkhayi, Gouverneur de la préfecture d’arrondissements Aïn Sebaa-Hay Mohammadi, Nouzha Marrakchi, présidente de l’association Izdihar, de Mohamed Fikrat, président de l’association Azian, ou encore de Zhor Kabbaj, PDG de Soft Group Immobilier. L’objectif de la rencontre était de discuter des principales tendances de 2019 en la matière.

Force est de souligner que l’immobilier logistique est en plein essor. En effet, la construction de zones et parcs logistiques se multiplie depuis quelques années au niveau de plusieurs villes, Casablanca en tête. Des initiatives qui sont souvent à mettre sur le compte d’opérateurs privés, comme c’est le cas de Soft Group. Ce dernier, a lancé il y a quelques mois la construction de SoftPark, l’une des plus grandes zones industrielles du Maroc, située à Sidi Bernoussi (Casablanca), et mise à la disposition des entreprises marocaines et multinationales opérant dans le domaine de la logistique et de l’industrie.

Demande en hausse

Etalée sur une superficie de 200.000m2, SoftPark vise à répondre à tous les types de demandes et de besoins de location professionnelle en termes de disposition et de superficie. La rencontre a notamment été marquée par la présentation d’une étude par deux experts, notamment Nazih Chentouf, directeur associé de Alhambra Property, et Mohamed Charif Houachmi, Directeur associé du cabinet Business Realities.

Dans le détail, cette étude montre l’évolution du marché de 2013 à 2017. On retient ainsi, que le marché marocain est un marché primaire investi par des opérateurs qui prennent le risque en investissant sur une assiette foncière en stock (préexistante) sans commercialisation préalable. De même, le rapport indique que le taux de rendement varie sensiblement en fonction de la typologie des actifs entre entrepôts standards (500 m² à 1.500 m²) non précommercialisés et les entrepôts dédiés (plus de 5.000 m²) précommercialisés.

Autre chose sur ce plan, les rentabilités les plus élevées sont captées dans les entrepôts standards de petite taille souvent réalisés dans des zones ou parcs industriels. Au sujet de la demande, l’étude montre que les entreprises sondées se dirigent en majorité vers une stratégie de croissance favorisée par une volonté d’augmentation des effectifs (50%), et d’extension de leurs activités (69%).

Toutefois, c’est l’achat qui demeure le choix privilégié en cas de besoin futur. De même, la majorité des répondants souhaitent s’implanter dans une zone industrielle existante (53%) par opposition à un Parc dédié (14%).

Selon les auteurs de l’enquête, les entreprises ont une préférence claire pour le bâtiment construit (43%), par opposition au terrain nu (33%) ou à la MOD (maîtrise d’ouvrage déléguée) (6%). L’autre enseignement fourni par ce document, 1/3 des répondants estiment leurs besoins en espace entre 1000 et 2500 m2.

Des données qui permettront aux opérateurs privés opérant dans l’immobilier logistique de mieux cerner les besoins pour offrir des produits adéquats. L’étude montre également que les entreprises, dans leur choix d’un site futur, privilégient les trois principaux critères qui sont : «Infrastructure», «Gestion de la zone» et «Proximité RH»

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Cosumar lance la 5ème édition de son programme « Prépare ton exam »

Article suivant

Fiscalité : Faut-il criminaliser la fraude ?