Profession

Indemnisation Covid-19 : les employés des hammams soulagés

Les employés des hammams traditionnels fermés en raison de la propagation de la Covid-19 seront prochainement indemnisés pour perte d’emploi, a affirmé à Rabat le ministre d’Etat chargé des droits de l’Homme et des relations avec le parlement, Mustapha Ramid.

Ces employés seront recensés en vue de les indemniser, vu les dommages subis par cette catégorie à cause de la fermeture de leur lieu de travail, a précisé Mustapha Ramid à la Chambre des représentants en réponse à une question sur « la fermeture des hammams traditionnels ».


Lire aussi | Un opérateur de Biotechnologies s’installe à Agropolis

Les hammams fermés se situent dans 15 préfectures et provinces sur un total de 82, a-t-il relevé, précisant que leur réouverture demeure tributaire de l’amélioration de la situation épidémiologique et de la décision des comités locaux ad hoc. Leur fermeture notamment dans les zones confrontées à un nombre élevé de contaminations par le coronavirus, est due au fait qu’ils sont des espaces propices à la propagation du virus, a rappelé le responsable gouvernemental.

« La Fédération nationale des associations de propriétaires et gérants de hammams traditionnels et douches au Maroc est soulagée par cette annonce du gouvernement qui a répondu favorablement à une partie de notre dossier revendicatif. Le dialogue est toujours ouvert. Mais nous reprochons à l’exécutif de considérer le hammam comme un lieu clos propice à la propagation du coronavirus. Il s’agit de conclusions qui ne s’appuient pas sur une recherche scientifique. Nous soutenons que le virus n’est pas présent à l’intérieur des hammams. La preuve : le ministre a précisé que les hammams situés dans 15 préfectures seulement sont fermés. Ceux qui sont ouverts respectent le protocole sanitaire et aucun cas de contamination n’y a été déclaré pour l’instant », explique Rabii Ouachi, président de la Fédération.

Lire aussi | Attijariwafa bank consolide son positionnement dans la banque digitale

Il ajoute que le dossier revendicatif comporte d’autres doléances, comme l’exonération des impôts durant toute la période de l’état d’urgence sanitaire, l’exonération totale des loyers, en plus de l’octroi d’un prêt bancaire sans intérêt remboursable à partir de 6 mois après la fin de la pandémie au Royaume. Aussi, considérer le hammam traditionnel comme installation sanitaire faisant partie du programme du ministère de la Santé et le reconsidérer comme un patrimoine culturel.

Pour rappel, il n’y a pas de statistiques précises sur le nombre d’emplois générés dans le secteur, mais il existe environ 12.000 hammams dans les quatre coins du Maroc, lesquels génèrent près de 120.000 opportunités d’emplois directs et indirects. Les emplois directs concernent les propriétaires de l’établissement, les caissiers et le fernatchi, alors que les emplois indirects sont les personnes (kessala et tayaba) qui travaillent avec la clientèle.

 
Article précédent

Gare Ouled Ziane : Casa-Voyageurs remplace Casa-Transports

Article suivant

DGI : Nouveau téléservice pour les concessionnaires automobiles