Sécurité sociale

Indemnité pour perte d’emploi : près de 14.000 bénéficiaires depuis le début de l’année

Le nombre de bénéficiaires du Fonds de l’indemnité pour perte d’emploi a atteint, depuis sa création, 77.826, a indiqué à Rabat le ministre du Travail et de l’Insertion professionnelle, Mohamed Amkraz.


En réponse à une question orale à la Chambre des conseillers portant sur l’accès des salariés du secteur privé aux indemnités de perte d’emploi, le ministre a relevé que le nombre de bénéficiaires au titre de l’année 2020 a atteint 13.871, pour près de 84 millions de DH au cours des neufs premiers mois de l’année, expliquant que le salarié bénéficie en cas de licenciement abusif, de l’indemnité de perte d’emploi pour une durée de six mois.

Lire aussi |Le groupe Medi1 s’allie au centre de recherches africain Timbuktu Institute

Est éligible à l’indemnité de perte d’emploi, le salarié qui a cumulé 780 jours de déclarations de salaires pendant les trente six derniers mois précédant la date de perte d’emploi, dont 260 jours durant les 12 derniers mois précédant cette date et qui a perdu son emploi dans des circonstances indépendantes de sa volonté, a rappelé le responsable gouvernemental, précisant la nécessité d’être inscrit à l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC).

Par ailleurs, le ministre a relevé qu’après une étude d’évaluation réalisée par la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) portant sur le système d’indemnisation de perte d’emploi, il a été décidé de réviser les conditions d’éligibilité, de simplifier les procédures administratives et d’élargir le cercle des bénéficiaires. Enfin, Mohamed Amkraz a affirmé que l’Etat a soutenu ledit fonds de près de 250 millions de DH depuis sa création, soulignant que le gouvernement le soutiendra avec quelque 54 millions de DH par an.

Lire aussi |Régularisation fiscale : les promoteurs immobiliers arrachent un accord avec le Fisc

Avec MAP

 
Article précédent

Le groupe Medi1 s’allie au centre de recherches africain Timbuktu Institute

Article suivant

Régularisation fiscale : les textiliens aboutissent à un compromis