Automobile

Industrie. Luca de Meo, patron de Renault Group, débarque au Maroc avec de nouveaux objectifs

Dans le cadre du plan d’accélération industrielle, Renault Group Maroc et le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie Verte et Numérique ont paraphé en ce mardi 27 juillet une convention fixant de nouveaux objectifs pour le développement de l’écosystème de la firme au losange. L’occasion également pour le staff de cette dernière de dévoiler en grande pompe les nouvelles Dacia Sandero produites localement à la Somaca.


Une nouvelle convention qui, selon le staff de Renault, atteste des ambitions du Groupe s’agissant de la montée en cadence de son développement dans le Royaume. De même qu’elle impulsera, avec l’appui indéfectible du Maroc, une nouvelle dynamique de la filière industrielle automobile locale. Faut-il souligner que l’automobile, premier secteur exportateur dans le Royaume, a continué pleinement sur sa lancée à fin 2020, gagnant plus encore en matière de compétitivité et de notoriété à l’échelle de toute la région.

Lire aussi | Maroc. La loi contre la pollution causée par les navires désormais opérationnelle

Une cérémonie de signature qui s’est effectuée en présence du ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie Verte et Numérique, Moulay Hafid Elalamy et du Directeur général de Renault Group, Luca de Meo, qui a effectué le déplacement pour l’occasion.

Luca de Meo, patron de Renault Group, Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie Verte et Numérique et Marc Nassif, DG de Renault Maroc Group, paraphant une nouvelle convention dans le cadre du développement de l’écosystème de Renault au Maroc.

«Sous la Conduite éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, l’industrie automobile, au Maroc, amorce, aujourd’hui, un nouveau tournant de son évolution. Le développement de notre partenariat avec Renault ouvre son écosystème à de nouveaux horizons à forte valeur technologique, en parfaite adéquation avec les objectifs de notre relance industrielle visant à renforcer la compétitivité industrielle du Royaume à l’échelle mondiale», a tenu à préciser durant son allocution Moulay Hafid Elalamy.

Et le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie verte et numérique d’ajouter :« l’élargissement de l’écosystème Renault répond à deux enjeux majeurs du secteur, à savoir, le positionnement du Maroc dans la mobilité électrique et le renforcement du sourcing local».  

De son côté, Luca de Meo s’est montré satisfait de cette nouvelle impulsion dans le partenariat de longue date noué entre le Maroc et la firme dont il est actuellement le patron. «Cet accord va permettre de renforcer la compétitivité et l’attractivité de l’industrie marocaine tout en la préparant pour l’avenir». Et M. de Meo d’affiner son propos : «la stratégie de «décarbonation» initiée par le Royaume est totalement en phase avec notre vision et constituera un élément structurant dans les années à venir».

Lire aussi | Cahiers scolaires. L’OMC soutient largement la Tunisie dans le différend avec le Maroc 

Car malgré la crise sanitaire et celle des composants électroniques qui impactent l’ensemble des acteurs économiques mondiaux, Renault Group Maroc a confirmé son dernier engagement paraphé le 8 avril 2016 avec le Royaume et consistant en l’atteinte des 1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires, et de 65% d’intégration locale à l’horizon 2023.

Ayant dépassé la barre des 60% de taux d’intégration locale début 2021, la firme au losange entend porter l’objectif de sourcing local à 2,5 milliards d’euros dès 2025, assorti d’une  cible de 3 milliards d’euros.  Par ailleurs, elle s’engage également à porter son taux d’intégration à un objectif ciblé de l’ordre de 80% à terme.

À noter que le nombre de fournisseurs de rang 1 installés dans le Royaume a déjà été triplé, passant de 26 à 76. De l’avis du ministre et du staff de Renault, cette convention viendra soutenir l’installation de nouveaux fournisseurs et renforcera les sites déjà existants.

Lire aussi | Khalid Qalam : «le Maroc doit accueillir une «Gigafactory» de batteries pour véhicules électriques»

Quoi qu’il en soi, et de l’avis des protagonistes, les nouveaux objectifs de Renault viendront soutenir le développement de la filière industrielle marocaine et l’industrialisation des nouveaux projets de véhicules des marques de Renault Group à haute valeur technologique.

D’ailleurs, en droite ligne avec la stratégie «Renaulution» dévoilée en début d’année et compte tenu de l’orientation mondiale de l’industrie automobile vers la production de véhicules plus respectueux de l’environnement, Renault Group Maroc se prépare à l’industrialisation de nouveaux véhicules dans ses deux plateformes industrielles marocaines. Des engins qui incluront progressivement les dernières technologies d’électrification de Renault.

Produites au sein de l’usine de Renault à Casablanca, les nouvelles Sandero amorceront leur commercialisation en septembre prochain.

À noter que la filiale marocaine de Renault et son écosystème bénéficient de l’impulsion donnée par le Ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie Verte et Numérique s’agissant de la «décarbonation» de l’industrie et de la création d’une filière d’énergies vertes à des prix compétitifs. Cette initiative du Royaume permettra, selon Renault, de contribuer au renforcement de la compétitivité industrielle du Maroc à l’échelle mondiale.

Une convention de partenariat qui fut l’occasion également pour la Somaca de dévoiler les premières Dacia Sandero et Sandero Stepway destinées au marché local. Elles seront commercialisées à compter de septembre prochain, tant en essence qu’en diesel.

 
Article précédent

Marrakech. Le ministère de la Santé enquête sur la mort d'une vaccinée

Article suivant

L’Armée Populaire de Libération de Chine: une force pour la paix mondiale [Par Colonel Major XU Guopei]