Entreprise

Infrastructure hydraulique : le groupe CMGP veut sa part du gâteau

Un an après avoir accueilli dans son tour de table le fonds londonien African Development Partners II (ADP II), le groupe CMGP met les bouchées doubles sur l’infrastructure hydraulique.


Le leader incontesté du marché marocain de systèmes et solutions d’irrigation, la Compagnie marocaine de goutte à goutte et de pompage (CMGP) vient de consacrer quelque 6 millions de DH pour le décollage de SICDA Infra, sa nouvelle filiale qui a pour objectif de consolider les premières percées de sa maison mère dans la réalisation des infrastructures pour l’adduction d’eau potable et l’irrigation.

Cette entité créée en juin 2019 et dont le capital vient d’être hissé de 0,1 à 6 millions de DH, compte principalement se positionner sur les projets de génie civil de réalisation et d’équipements de bornes d’irrigation dont les principaux donneurs d’ordres sont les différents offices régionaux de mise en valeur agricole (ORMVA) relevant du  ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts.

Lire aussi : CMGP Maroc implante une usine à Kénitra

Il faut dire que de tels projets qui consistent à raccorder les différents douars et exploitations agricoles à proximité d’un barrage ou d’une STEP (Station d’Epuration) en eau d’irrigation et/ou d’eau potable se multiplient de plus en plus depuis quelques années, notamment dans le sillage du pilier II du Plan Maroc Vert qui prévoit la reconversion de près d’un million d’hectares réservés à la céréaliculture vers des cultures à plus forte valeur ajoutée (oliviers, figuiers, vignes…), mais nettement plus consommatrices en eau. Certains de ces projets dépassent allégrement en commande publique globale (incluant pose et fourniture d’équipements) la barre de 100 millions de dirhams, vu les distances de raccordement. Ce qui aiguise la convoitise tant de groupes de travaux publics, notamment ceux qui ont une longue expérience dans la construction des aménagements hydrauliques tels SGTM, STAM, SNTM et SNCE, que les spécialistes des équipements et systèmes d’irrigation qui y trouvent une occasion opportune de s’intégrer dans les projets d’irrigation.

Pour un groupe comme CMGP qui se développe au pas de charge depuis une décennie avec un chiffre d’affaires consolidé qui avoisine, désormais, le milliard de dirhams (contre à peine 220 millions de dirhams en 2009), il n’en fallait pas plus pour en faire un nouvel objectif stratégique.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

100% Tomobile : Rezk Blaghmi, Directeur des marques Jaguar Land Rover

Article suivant

Driss Guerraoui : "Mettre les politiques de la concurrence au service de la démocratie économique"