SPECIAL Transport & Logistique

Infrastructures 2016, une année riche en chantiers

En matière d’infrastructures, routières, aéroportuaires, ferroviaires ou maritimes, plusieurs chantiers d’envergure démarreront ou se poursuivront pour cette année. 2016 semble être bien partie pour respecter son échéancier. Listing des projets phares.


Le Maroc aura enregistré au cours des dernières années, une embellie économique grâce à de nombreuses stratégies sectorielles qui ont pour objectif d’améliorer la compétitivité du pays. Le secteur du transport et de la logistique a notablement contribué à cette croissance. Depuis le lancement du programme de développement et de normalisation du transport et de la logistique au Maroc, «le secteur a connu une réelle dynamique et un rayonnement exceptionnel à l’international, ouvrant de réelles et prometteuses opportunités. Cette stratégie consolide le positionnement du Maroc sur la carte des échanges mondiaux en tant que hub international multi produits», déclare Younès Tazi, DG de l’AMDL (Agence marocaine pour le développement de la logistique), ajoutant que la dynamique que connait le secteur sera davantage consolidée en 2016. En effet, le plan d’actions approuvé par le Conseil d’Administration de l’Agence comprend de nouveaux programmes, pour un budget approuvé qui totalise un montant de 133.6 millions de dirhams destinés à couvrir aussi bien les investissements que les dépenses de fonctionnement. Selon le commniqué de l’Agence, il s’agit notamment des programmes relatifs à la mise à niveau de la logistique urbaine dans plusieurs villes marocaines et à la mise à niveau logistique des PME. En matière de développement des zones logistiques, l’année 2016 connaitra l’achèvement des préparatifs pour le lancement de la deuxième tranche de la zone logistique de Zenata et l’annonce des appels à manifestation d’intérêt pour des projets d’aménagement de zones logistiques dans d’autres régions du Royaume. Quant au développement des compétences dans les métiers de la logistique, et en parallèle à la mise en place de mécanismes pour assurer l’adéquation continue de la formation avec les besoins du marché du travail, un plan de formation à horizon 2020 est en cours de préparation. Par ailleurs, et compte tenu de l’impératif d’un encadrement normatif et réglementaire adéquat du secteur, les efforts se poursuivront en 2016 pour mettre en place un dispositif de normes marocaines contribuant à améliorer et à moderniser les pratiques des entreprises du secteur logistique. En parallèle, les efforts se focaliseront également sur le développement d’un cadre juridique propre au secteur logistique dont la préparation s’opère en concertation avec les différents acteurs concernés. Afin de renforcer le rôle de l’Agence Marocaine de Développement de la Logistique dans le déploiement de la stratégie nationale, un contrat-programme entre l’Etat et l’Agence est en cours de préparation en vue d’arrêter les objectifs à atteindre et les moyens institutionnels, organisationnels et financiers qui devraient être mobilisés afin d’assurer un portage convenable des différents chantiers.

Des projets qui tiennent
la cadence
Une énumération à quoi renchérit Aziz Rebbah, le ministre de tutelle: «L’année en cours verra les démarrages prévus des travaux aux ports de Nador West Med et de Kénitra Atlantique, ainsi que le lancement des études relatives à la réalisation du nouveau pôle portuaire de Dakhla, projet phare de la stratégie portuaire et de la stratégie du développement des régions du sud. Ceci concomitamment aux autres chantiers, à l’instar de l’extension du port de Tarfaya, de TangerMed II ou du nouveau port de Safi». Les secteurs routier, ferroviaire et aéroportuaire ne sont pas en reste. Selon le ministre, beaucoup d’aéroports continuent leur mise à niveau aux normes. C’est le cas du terminal 3 de Marrakech et du terminal 1 de l’aéroport international Mohammed V et de l’extension des installations de l’aéroport de Nador. Au programme du volet ferroviaire, le chantier de la ligne à grande vitesse (LGV) Tanger-Casablanca se poursuit, en parralèle à d’autres projets de lignes classiques qui seront poursuivis, tels que les travaux du triplement de l’axe Kénitra-Casablanca, le doublement de Settat-Marrakech et l’électrification de l’axe Fès-Oujda. Les projets routiers et autoroutiers sont en bonne voie aussi cette année, avec la réalisation des travaux d’élargissement et de renforcement de 1.300 km de routes, ainsi que la réparation, la restauration et la reconstruction de 48 ouvrages d’art, à quoi il faut ajouter l’achèvement de l’autoroute El Jadida-Safi et de l’autoroute de contournement de Rabat, le lancement de plusieurs tronçons de voies express tels que Larache-Ksar El Kbir (13 km), Sidi Bouzid-Jorf Lasfar (12km), la deuxième tranche Kénitra-Sidi Yahia ainsi que la dernière tranche de la voie express Taza-Al Hoceima (18 km).

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Une stratégie globale

Article suivant

«Smart City Connect Casablanca» s’ouvre au grand public