Numérique

Initiative de coopération Chine-Ligue des États arabes : une nouvelle page pour la gouvernance numérique mondiale

Le Ministère chinois des Affaires étrangères et le Secrétariat général de la Ligue des États arabes ont annoncé lors de la réunion virtuelle sur la sécurité des données le 29 mars la publication de l’Initiative de coopération entre la Chine et la Ligue des États arabes dans le domaine de la sécurité des données. De quoi faire des pays arabes la première région du monde à avoir lancé une initiative avec la Chine dans le domaine des données de sécurité.


Les deux parties ont exprimé leurs vives appréciations et excitations pour cette initiative, considérant cette dernière comme étant la consécration de l’important consensus entre la Chine et les pays arabes dans le domaine de la gouvernance numérique. Il s’agit d’une étape qui contribue à l’établissement de règles internationales dans le domaine de la sécurité des données. Il s’agit également d’un grand progrès et un pas énorme pour les efforts conjoints des pays en développement pour promouvoir la gouvernance numérique mondiale.

Le président chinois Xi Jinping a déclaré : « afin de donner un nouvel élan à la croissance de l’économie mondiale, nous devons d’urgence accélérer la croissance de l’économie numérique et faire avancer le système mondial de gouvernance de l’Internet dans une direction plus juste et équitable. »

Lire aussi| Votre e-magazine Challenge du vendredi 2 avril 2021

En septembre 2020, la Chine a lancé la « Global Data Security Initiative » qui a fourni une solution chinoise de définition de règles pour la gouvernance numérique mondiale. Cette dernière a été largement appréciée par la communauté internationale. Sur la base de cette initiative, la Chine et l’ensemble des pays arabes ont publié « l’Initiative de coopération entre la Chine et la Ligue des États arabes dans le domaine de la sécurité des données », qui montre clairement que la solution chinoise est conforme à la tendance actuelle. Cela montre également que cette solution chinoise répond aux besoins de la communauté internationale, et indique une fois de plus que « quiconque adhère à une cause juste et équitable reçoit plus de soutien ».

A l’époque où les risques liés à la sécurité des données représentent un défi commun à tous les pays, la gouvernance numérique est considérée de plus en plus comme étant un nouveau domaine de la gouvernance mondiale. Pour éliminer ces risques, il faut instaurer une confiance mutuelle et approfondir la coopération entre tous les pays.

Cependant, et depuis quelque temps déjà, certains pays ont poursuivi une tendance à l’unilatéralisme et à l’hégémonie. Cette tendance a mené à une politisation de la question de la sécurité des données, ce qui a été la cause derrière la grave perturbation des efforts internationaux visant à promouvoir la coopération numérique. Pour des raisons historiques, la Chine et les pays arabes appliquent depuis longtemps les différentes règles internationales.

Lire aussi| Coronavirus : le Lycée Lyautey fermé, enseignement à distance pour tous [Vidéo]

Désormais, les deux parties ont pris conscience de la nécessité de jouer un rôle actif dans la gouvernance mondiale et de prendre l’initiative afin de fixer des règles internationales. Dans ce contexte, cette initiative a contribué à la création d’un cyber-espace pacifique, sûr, ouvert et coopératif fondé sur le multilatéralisme. Il s’agit d’un exemple en termes de participation des pays en développement à la gouvernance mondiale et à la contribution à la création du « plus grand dénominateur commun » parmi les pays du monde dans le domaine de la gouvernance numérique mondiale.

Durant les dernières années, la coopération numérique approfondie entre la Chine et les pays arabes a donné des résultats juteux. En 2017, la Chine, l’Égypte, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et d’autres pays ont lancé « l’Initiative de coopération internationale pour l’économie numérique dans le cadre de la Ceinture et de la Route ». En juillet 2020, la réunion ministérielle du Forum sur la coopération sino-arabe a appelé dans sa décision à renforcer la coopération et les avantages mutuels entre les deux parties dans le domaine de l’Internet et du développement de l’économie numérique. Au cours de la pandémie actuelle du Covid-19, les entreprises de commerce électronique chinoises ont activement partagé des technologies et des expériences dans la création de plates-formes et la gestion de la logistique, ce qui a contribué positivement à aider les pays arabes à reprendre leurs activités et leur production. Selon les statistiques, les plateformes de commerce électronique chinoises représentent 80% des internautes dans les six pays du Golfe. Il est donc sans doute que cette initiative stimulera les relations sino-arabes et obtiendra plus de résultats pour la coopération numérique croissante entre les deux parties.

Comme le dit un proverbe chinois, « suivre le rythme est le droit chemin ». L’histoire a prouvé et prouvera que le multilatéralisme triomphera inévitablement contre l’unilatéralisme et qu’une coopération mutuellement avantageuse remplacera inévitablement le jeu à somme nulle. Face aux défis communs de protection de la sécurité des données, cette initiative incarnant l’esprit de coopération, d’ouverture et de tolérance incitera certainement davantage de membres de la communauté internationale à participer à cette coopération. Cette initiative contribuera à unifier les efforts internationaux en matière de gouvernance numérique et ouvrira une nouvelle page pour la gouvernance numérique mondiale, apportant ainsi une plus grande contribution dans le but d’établir une future communauté unie pour le cyber-espace.

 
Article précédent

Coronavirus : le Lycée Lyautey fermé, enseignement à distance pour tous [Vidéo]

Article suivant

Relance : le CVE prolonge les offres de garanties et plusieurs mesures de soutien à l’économie