Entrepreneuriat

Innovation sociale : la Fondation Abdelkader Bensalah poursuit ses efforts de promotion [Document]

L’association reconnue d’utilité publique affiliée au Groupe Holmarcom a organisé une rencontre médias pour présenter les résultats de son étude sur l’état de l’innovation sociale (IS) au Maroc, réalisée en collaboration avec le cabinet Groupe SOS Consulting.


Un rapport, des tournées régionales dans 22 villes et des rencontres médias. Il s’agit, pour l’instant, des réalisations de la Fondation Abdelkader Bensalah visant à accompagner l’émergence des innovations sociales. Le rapport, intitulé « Innovation Sociale au Maroc : les leviers pour accélérer le mouvement » a ainsi permis, en plus de son apport pédagogique sur la définition, les principes et les meilleures pratiques internationales, d’exposer 23 cas d’IS marocaines qui ont émergé avec le soutien d’un écosystème en voie de maturité, de cartographier les acteurs nationaux et de faire ressortir 35 recommandations et 5 collaborations gagnantes qui contribueront à la diffusion de la culture de l’IS et à son ancrage dans la pratique. « Nous sommes au début de cette opération. L’objectif est de lancer le débat sur la place publique pour pouvoir recueillir les propositions de l’ensemble des parties prenantes  sur cette thématique. La co-construction est au cœur des principes qui régissent l’innovation sociale. Il nous semblait essentiel d’opérer dans ce sens, et de mobiliser celles et ceux qui participent au développement de nos régions et de confronter les enseignements du rapport à la réalité des territoires. La finalité est de renforcer les connaissances et les capacités des acteurs de l’innovation sociale », souligne Tarik Maaroufi, directeur général de la Fondation Abdelkader Bensalah.

Lire aussi | Le confiseur Michoc se met lui aussi à l’énergie verte

Ledit rapport s’est intéressé à l’écosystème de l’innovation sociale au Maroc et exprime plusieurs constats. Le Royaume a connu une amélioration généralisée des indicateurs de développement économique et humain. Néanmoins, ce développement global ne doit pas masquer des disparités de tous types, entre zones urbaines et rurales, entre zones économiques dynamiques et régions précaires. Cependant, les chantiers stratégiques engagés par le Royaume, le dynamisme du tissu associatif et entrepreneurial, montrent que le Maroc dispose d’un écosystème de l’innovation sociale dont le potentiel mérite d’être exploité. De nombreuses initiatives, menées par des acteurs de types associatifs ou sous forme d’entreprises sociales se déploient et sont appuyées dans leur développement par des parties-prenantes multiples. Le Royaume dispose ainsi d’un terreau fertile duquel émergent de nombreux acteurs, du secteur associatif à la société civile, en passant par les entreprises sociales.

Lire aussi | Abdellah Mouttaqi : « La transition énergétique doit être considérée comme une orientation stratégique majeure qui s’inscrit désormais dans la durabilité »

Cependant, note le rapport, et pour accompagner cet élan naissant, l’écosystème de l’IS nécessite la mise en œuvre d’une nouvelle étape dans sa structuration. Le document identifie dans ce sens des leviers d’actions tels que la nécessité d’établir une stratégie nationale d’innovation sociale, de structurer les offres de financement, de sensibiliser et promouvoir l’innovation sociale au sein des parcours académiques. « La prochaine étape consiste à diffuser le rapport de façon plus large, organiser d’autres rencontres régionales, créer plus d’espaces de débat et sensibiliser davantage quant à la nécessité de développer l’innovation sociale », souligne Tarik Maaroufi.

L’innovation sociale selon la Fondation Abdelkader Bensalah
« Une innovation sociale se matérialise sous la forme de nouveaux produits, services, et procédures à visée sociale, qui répondent à des besoins sociaux que les modes d’action traditionnels ne permettent pas d’assouvir et vise une finalité de changement de la société dans son ensemble. L’innovation sociale consiste à élaborer des réponses nouvelles, à fort impact, à des besoins sociaux nouveaux ou mal satisfaits dans les conditions actuelles du marché et des politiques publiques. Les solutions apportées par l’innovation sociale sont co-construites entre les parties prenantes concernées et apportent des réponses durables aux causes profondes des problèmes sociaux et sociétaux ».

 
Article précédent

OCP : le chiffre d’affaires en hausse de 4% en 2020

Article suivant

50 femmes qui comptent : Najat Mokhtar, Directrice générale adjointe de l’Agence internationale de l’énergie atomique