Automobile

Insécurité routière : gérer sa vitesse, une nécessité vitale pour réduire les accidents selon Abdelkader Amara

La gestion de la vitesse tant en ville que dans des milieux qui connaissent un trafic dense des usagers vulnérables de la route, demeure une priorité absolue pour réduire les accidents de la circulation. Une affirmation qu’a tenu à mettre en exergue lors d’un webinaire international sous le thème «Gestion de la vitesse en milieu urbain et son impact sur la sécurité routière», Abdelkader Amara.


S’exprimant dans le cadre de cette conférence digitale, le ministre de l’Équipement, des Transports, de la Logistique et de l’Eau a indiqué que les accidents de la circulation font, chaque année, plus de 1,3 million de morts et plus de 35 millions de victimes avec des souffrances physiques et psychiques à vie. Il a par ailleurs précisé que «ces accidents sont aujourd’hui la principale cause de décès chez les enfants et chez les jeunes adultes âgés entre 5 et 29 ans».

Abdelkader Amara qui a martelé durant son intervention que les dernières études dans ce domaine montrent qu’une baisse de 2% de la vitesse moyenne pratiquée sur les routes peut sauver plus de 100 000 vies humaines chaque année dans le monde. Ainsi, une bonne maîtrise des risques liés à la vitesse peut être un véritable levier pour réduire les possibilités d’accidents.

Lire aussi |Cannabis : les amendements du parlementaire Omar Balafrej pour le projet de loi 13.21

Le ministre qui a profité également pour souligner que ce webinaire, organisé conjointement par le ministère et l’Agence Nationale de la Sécurité Routière (NARSA), à l’occasion de la célébration de la 6ème semaine mondiale de la sécurité routière des Nations Unies (17 au 23 mai 2021), constitue l’occasion d’afficher une volonté commune ferme afin de s’aligner sur les standards internationaux en matière de gestion de la sécurité routière.

Lire aussi |La présidente de la BERD, en visite virtuelle au Maroc

De son côté, Benacer Boulaajoul, Directeur de la NARSA, a affirmé que cet événement s’inscrit dans le cadre d’une panoplie d’actions de sensibilisation, d’éducation à la sécurité routière et de communication directe et digitale organisées à cette occasion et axées sur les risques liés à la vitesse. Par ailleurs, il se veut une contribution nationale à cette initiative mondiale qui prône une meilleure prise en charge de la gestion de la vitesse dans le management institutionnel de la sécurité routière. En milieu urbain, notamment dans les zones à forte concentration de piétons, la vitesse recommandée est de 30km/h comme il ressort du slogan de cette campagne mondiale «Streets for life # love 30», a-t-il ajouté dans sa déclaration.

 
Article précédent

Enseignement supérieur privé : quelles filières après le bac ?

Article suivant

Cannabis : les amendements du parlementaire Omar Balafrej pour le projet de loi 13.21