Financement des TPME

Intelaka, une «flamme d’espoir» à entretenir

Intelaka a été, au début de cette année, un «rayon de soleil» pour les petites entreprises. C’est un chantier qui demeure porteur de beaucoup d’espoir.


Face à l’importance du chômage qui ne cesse de croître, surtout parmi les jeunes diplômés, en raison du faible taux de création d’emploi que ce soit dans le public ou dans le privé, la troisième alternative réside dans le développement de conditions favorables à l’auto-emploi, c’est-à-dire la création des toutes petites entreprises (TPE). Mais il fallait pour cela, contribuer à l’émergence d’un environnement favorable en réduisant au maximum les difficultés et obstacles à la création et à la durabilité des entreprises. Parmi les principaux obstacles relevés, figure l’accès au financement bancaire. D’où le «Programme Intelaka» très ambitieux comme réponse à cette problématique en créant une nouvelle dynamique où le secteur bancaire devrait jouer un rôle central. Le démarrage a été encourageant. Dès le début, des milliers de dossiers de demandes de financement de projets ont été traités favorablement par les banques. C’était presque une «course d’obstacles » où les premiers compétiteurs avaient démarré ardemment. Mais Corona était aux aguets. Avec la déclaration de l’état d’urgence, les priorités sont devenues autres. La crise a révélé à quel point l’informel est une réalité sociétale dominante. Obliger les gens à se confiner pour éviter la propagation du virus était tout à fait nécessaire. Mais, en l’absence de sources relativement stables de revenus, c’était jouer avec le feu.

Lire aussi |Maroc : plan de relance, non de sauvegarde !

Ainsi, dans le nouveau contexte de crise, la priorité a été donnée au versement d’indemnités mensuelles de 2000 DH aux salariés inscrits à la CNSS et en arrêt temporaire de travail et d’aides financières mensuelles d’un montant variant de 800 à 1200 DH, d’abord pour les personnes inscrites au Ramed, et ensuite à d’autres catégories de personnes nécessiteuses sans Ramed. Les indemnités et aides ont permis d’amortir le choc, surtout pendant le mois de Ramadan, pour des millions de ménages fortement exposés à la précarité. Ces mesures urgentes, avec celles prises pour soutenir les TPE et les PME, ont pratiquement fait l’ombre au processus à peine entamé avec Intelaka. Pour autant, la «pause » ou l’arrêt quasi-total du «Programme Intelaka» ne peut être justifié par le contexte de crise actuelle, pour éviter le piège du «pilotage à vue». Intelaka s’inscrit dans des objectifs structurants, visant la création de conditions favorables au renforcement des capacités, sans que ce renforcement soit limité à des «injections financières». Toute l’intelligence politique se devait de mettre en place un plan d’action permettant d’agir à deux vitesses, pour éviter l’interruption d’un chantier de nature stratégique. Les conséquences socio-économiques de la crise sanitaire seront certainement lourdes et durables pour plusieurs secteurs. Il faudra beaucoup de temps pour qu’un grand nombre d’entreprises puissent sortir la tête de l’eau. Pour autant, l’«espoir Intelaka » est une flamme à entretenir, même en temps de crise. Ce programme vise surtout les jeunes diplômés. Le Maroc a, depuis longtemps connu et continue à connaître une fuite de cerveaux, véritable hémorragie appauvrissant le corps social tout entier et réduisant presque à néant les perspectives d’avenir de notre pays.

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

La préférence nationale, entre le sentiment patriotique et la réalité

Article suivant

Coronavirus : 118 nouveaux cas et 8249 guérisons au total, dimanche 21 juin à 10H00