Pandémie

Interdiction de déplacements au Maroc : le réseau routier et autoroutier pris d’assaut [Vidéos]

Compte tenu de l’interdiction des déplacements de et vers certaines villes du Maroc depuis dimanche 26 juillet à minuit, le réseau routier et autoroutier a été pris d’assaut par de nombreux automobilistes, désireux de regagner leurs foyers afin de ne pas rester bloqués. En attestent ces quelques instantanées photos et vidéos qui se sont répandus, telle une traînée de poudre, sur les réseaux sociaux.


Un vent de panique a-t-il soufflé dans le Royaume ? Force est de constater que le communiqué émanant des ministères de l’Intérieur et de la Santé diffusés en fin d’après-midi a fait son effet. Pour mémoire, il a été décidé d’interdire, à compter du dimanche 26 juillet à minuit, les déplacements de et vers les villes de Tanger, Tétouan, Fès, Meknès, Casablanca, Berrechid, Settat et Marrakech, les autorités ayant tenu compte de la recrudescence, ces derniers jours, des cas de contamination liés à la Covid-19 dans plusieurs préfectures et provinces du Royaume.

Lire aussi |Maroc : nouvelle interdiction de déplacement entre les villes

Nombreux ont été nos compatriotes, dont certains avaient quitté leurs foyers pour de multiples raisons (visite familiale, vacances…), à bouleverser leurs plans et à vouloir regagner illico leurs foyers. Ce qui s’est traduit par des embouteillages monstres notamment sur les artères des villes précitées, mais aussi le réseau routier et autoroutier sur lequel on dénombre par endroit des embouteillages monstres. C’est le cas notamment au niveau des péages. Corollaire de ce vent de panique, plusieurs accidents de la circulation sont à déplorer. Rappelons que cette décision, qui a surpris plus d’un, a été prise au regard du non-respect par la majorité des citoyens des mesures de préventions, en l’occurrence la distanciation sociale, le port du masque, voire l’usage des désinfectants, malgré leur disponibilité.

Lire aussi | Contaminations à la covid-19 : Tanger sur le point de supplanter Casablanca

A noter que les personnes nécessitant des besoins médicaux urgents, celles qui travaillent dans les secteurs public et privé et qui sont munies d’ordres de mission délivrés par leurs responsables sont exclues de cette décision. Encore faut-il obtenir une autorisation spéciale de déplacement délivrée par les autorités locales. Par ailleurs, cette interdiction ne s’applique pas au transport de marchandises et des produits de base qui se déroule dans des conditions normales et fluides pour approvisionner les citoyens en leurs besoins quotidiens.

 
Article précédent

Maroc : nouvelle interdiction de déplacement entre les villes

Article suivant

Live. Coronavirus : la situation au Maroc, dimanche 26 juillet à 18h