EconomieIT

Internet est loin d’être universel

Le nombre d’internautes a plus que triplé en dix ans, passant d’un milliard en 2005 à 3,2 milliards à la fin de 2015. Ce n’est pas suffisant, peut-on conclure d’un rapport publié par la Banque Mondiale cette semaine. 4,2 milliards de personnes, soit 60% de la population mondiale, n’ont toujours pas internet.


Alors que plus de 4 milliards de recherches sont effectuées quotidiennement sur Google, près de 4,2 milliards de personnes, soit 60% de la population mondiale, n’ont toujours par internet. C’est en Inde où l’écart se creuse, plus d’1,1 milliard de personnes sont dépourvues d’internet. La Chine suit avec 755 millions de personnes sans internet. Et seulement 1,1 milliard d’individus bénéficient du haut débit, soit moins de 15 % de la population mondiale. C’est ce qui ressort du rapport publié cette semaine par la Banque mondiale.

Selon ce rapport, croissance, emplois et services sont les avantages les plus importants qu’apportent les investissements dans le numérique. Les technologies numériques aident les entreprises à devenir plus productives, les populations à trouver des emplois et élargir leurs possibilités, et les pouvoirs publics à fournir des services de meilleure qualité à tous.

Par ailleurs, parmi les 20 % des ménages les plus pauvres sur le globe, près de 7 sur 10 possèdent un téléphone mobile. « En fait, ces ménages sont plus susceptibles d’accéder à des téléphones mobiles qu’à des toilettes ou à de l’eau salubre », précise Jim Yong Kim, Président de la Banque mondiale. Ce dernier donne l’exemple du Kenya où le coût de l’envoi de fonds par des travailleurs émigrés a diminué de 90 % après la mise en place du système de paiement numérique M-Pesa. Les nouvelles technologies permettent aux femmes d’intégrer plus facilement le marché de l’emploi avec des commerces en ligne notamment ou autres professions exercées sur le web ou dans des processus d’entreprises externalisés. Aussi, le milliard de personnes handicapées à travers le monde, dont 80 % vivent dans des pays en développement, peuvent mener une existence plus productive par l’utilisation de l’internet.

Ainsi, le développement économique dans l’ère du digital est synonyme d’inclusion, d’efficacité, d’innovation. Pour la Banque mondiale, les pays doivent tous rendre l’internet accessible à tous et financièrement abordable. L’internet au sens large s’est développé rapidement, mais est loin d’être universel. « La connexion de tous à l’internet, qui est l’un des objectifs de développement durable adoptés récemment, reste un chantier inachevé, qui peut néanmoins être mené à bien grâce à un arsenal judicieux de mesures : concurrence sur le marché, partenariats public-privé et régulation efficace de l’internet et du secteur des télécommunications », peut-on lire dans le rapport de l’institution financière.

 

 
Article précédent

Said Ibrahimi : « 17 % des investissements marocains en Afrique proviennent d'entreprises domiciliées à CFC »

Article suivant

Des tablettes mises à disposition des étudiants à des conditions avantageuses