Economie

Investissements: Casablanca plus forte en 2012

En 2012, le grand Casablanca a drainé pas moins de 24,5 milliards de dirhams d’investissement dans des secteurs où l’immobilier n’est plus prédominant. L’industrie et le tourisme ont eu aussi leur part du gâteau. Zoom sur les principaux projets qui ont été réalisés en 2012.


La capitale économique retrouve son attractivité. En effet, le Centre Régional d’Investissement (CRI) vient de publier le bilan de l’année 2012. Un  bilan des plus intéressants surtout lorsqu’on sait que les investissements ont fait un bond de 69% par rapport à 2011. En effet, en 2012 la  capitale a enregistré 24,5 milliards de dirhams pour 180 projets d’investissements agréés par la Commission régionale contre seulement 14,5  milliards de dirhams en 2011. Ce qui témoigne clairement d’un retour de confiance chez les investisseurs. Ces projets ont pour ambition de créer  plus de 49000 emplois. Parlant de la répartition sectorielle de ces investissements, une prédominance du secteur des  BTP avec 73 projets agréés et un investissement qui avoisine les 10 Milliards de dirhams est remarquée.

Cependant, cette part a enregistré une baisse en  comparaison avec les années précédentes. «Les mauvaises années, c’était toujours le secteur de l’immobilier qui prédominait. En 2012 ce secteur reste important mais on remarque d’autres secteurs comme le tourisme et l’industrie qui reviennent en force», avance  Hamid Belefdil, directeur général du CRI du Grand Casablanca. Ainsi, l’industrie s’est  accaparée 29% des montants d’investissement. Le secteur touristique, quant à lui, y est représenté à hauteur de 22%. S’agissant de ce dernier secteur, et en comparaison avec  l’année 2011, on assiste à une hausse de 111% du nombre de projets touristiques agréés qui devront générer plus de 420 postes d’emplois. Le montant  investi dans ce secteur est passé de 1,5 milliard de dirhams en 2011 à 5,1 milliards de dirhams en 2012, soit une hausse de l’ordre de 354 %.

 Derrière ces chiffres qui  peuvent paraître rébarbatifs, se cachent des projets fort  intéressants. Le premier qui a  contribué aux 24,5 milliards de dirhams n’est autre que le grand projets de Bombardier. En effet, ce projet réalisé à la zone franche de Nouaceur  nécessite un investissement de 1,66 milliard de dirhams pour la réalisation d’une usine de production des composants aéronautiques qui générera  4250 emplois dont 850 emplois directs. La multinationale Procter&Gamble a également initié en 2012, un projet d’investissement de  269 Millions de dirhams pour l’installation d’une ligne de production de couches bébé  et l’extension des capacités  de ses usines de Ain Sbaâ et Mohammedia, créant ainsi 80 nouveaux emplois directs. 

Idem pour le constructeur marocain Somaca, qui cherche à étendre son unité de production sise à Ain Sebaâ pour la réalisation d’un nouveau véhicule économique du nom de X52 (versions L52 et B52). Le  montant d’investissement est de 445 millions de dirhams pour 40 emplois créés. Dans le même secteur, Sews Cabind  Maroc, projette de construire une unité de fabrication de faisceaux électriques à la municipalité de Ain Harrouda, d’un montant d’investissement  de 364 millions de dirhams. Le nombre d’emplois créés sera de 300. Sur un autre registre, la Compagnie Marocaine des Hydrocarbures (CMH) compte construire à Sidi Moussa Ben Ali et Ain Sebaâ, un centre emplisseur de Gaz de Pétrole Liquéfié  (GPL) en plus de 30 nouvelles stations-service sur trois ans. L’investissement demandé est de 180 millions de dirhams.■

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Compensation : drôle de proposition du MP

Article suivant

L'argent mobile version Méditel