Activités royales

Investissements : Le détail des 30 milliards de DH alloués aux régions de Dakhla et Guelmim

Le Roi Mohammed VI poursuit sa tournée dans les provinces du Sud. Après avoir lancé plusieurs projets pour le développent de la région de Lâayoune, cette fois-ci le Souverain a présidé ce lundi à Dakhla, la cérémonie de lancement des programmes de développement des régions Dakhla-Oued Eddahab et Guelmim-Oued Noun et de signature des contrats programmes y afférents.


17,75 milliards de DH pour la région Dakhla-Oued Eddahab

Au début de la cérémonie de lancement des programmes de développement des deux régions, le président de la région de Dakhla-Oued Eddahab, Ynja Khattat a prononcé une allocution devant SM le Roi dans laquelle il a souligné que le nouveau modèle de développement de la région Dakhla-Oued Eddahab nécessite des investissements de l’ordre de 17,75 milliards de DH, dont 6,6 milliards alloués par l’Etat. Il prévoit ainsi la réalisation de sept programmes structurants ayant trait à la valorisation des produits de la pêche (1,2 milliards de DH) et au développement de l’aquaculture (2,8 milliards de DH) , la construction d’une station de dessalement de l’eau de mer à des fins agricoles d’une capacité de 100.000 m3/jour (1,3 milliard de DH), la création d’un pôle éco-touristique (581 millions de DH), la protection des écosystèmes (116 millions de DH), à travers la revitalisation des forêts locales, la lutte contre la désertification, la mise en place de ceintures vertes, et la conservation de la diversité biologique.

Ces programmes portent également sur la réalisation du port « Dakhla Atlantique » (6 MMDH), le raccordement de la ville de Dakhla au réseau national d’électricité (1,7 MMDH), ainsi que la création d’un musée dédié à la valorisation du patrimoine des provinces du Sud (100 MDH).  Le nouveau modèle de développement de la région Dakhla-Oued Eddahab prévoit aussi la réalisation de programmes transversaux de proximité, s’articulant autour de quatre axes principaux : renforcement des infrastructures (électricité, eau potable, assainissement), promotion de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire, qualification de l’élément humain, et développement de la culture.

… et près de 12 milliards de DH pour Guelmim-Oued Noun

Pour sa part, le président de la région de Guelmim-Oued Noun, Abderrahim Ben Bouaida, a indiqué que le nouveau modèle de développement de la région Guelmim-Oued Noun nécessite des investissements de l’ordre de 11,93 milliards de DH, dont 5,5 milliards alloués par l’Etat. Et d’ajouter que ce modèle de développement régional est axé sur huit objectifs principaux : Développement de l’agriculture solidaire (810 MDH), promotion de l’écotourisme en valorisant le potentiel naturel, culturel et écologique de la région (971 MDH), création d’emplois et appui à l’initiative privée (161 MDH).

Il s’agit également de la promotion des secteurs de l’éducation (412 MDH) et de la santé (531 MDH), du renforcement des infrastructures routières (3,9 MMDH), d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement (1,178 MMDH), et hydrauliques avec des investissements de l’ordre de 1,017 MMDH, dont 800 millions de dirhams pour la construction d’un barrage sur Oued Noun à la Commune rurale Fasek. Il est également question du développement des secteurs de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire (71 MDH), de la valorisation du capital immatériel de la région (132 MDH), et de la protection des écosystèmes (371 MDH).

Le nouveau modèle de developpement des provinces du Sud

Ces deux programmes de développement s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre du nouveau modèle de développement des provinces du Sud  et à renforcer le rayonnement du Sahara comme centre économique et comme trait d’union entre le Maroc et son prolongement africain. Ce nouveau modèle de développement des provinces du Sud s’articule autour de quatre principaux axes, à savoir: la création d’une nouvelle dynamique de développement et d’emploi fondée sur des pôles régionaux compétitifs, la réalisation d’un développement global et la valorisation de la dimension culturelle, la consécration d’une gouvernance responsable, la promotion d’un développement durable et l’amélioration de la connectivité nationale et internationale des provinces du Sud. Le nouveau modèle de développement des provinces du Sud, qui mobilise une enveloppe budgétaire de 77 milliards de DH, place le citoyen au cœur des priorités et prévoit, pour sa mise en œuvre, le recours à des contrats-programmes entre l’Etat et les Régions, où seront définies les obligations de chaque partie.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Le Maroc entre entreprenariat vert et financement participatif

Article suivant

Vignette 2016 : Les reçus des banques et prestataires suffisent en cas de contrôle