Industrie

Irizar Maroc met le turbo à l’export

Depuis l’extension il y a quelques mois de ses capacités de production sur son site de Skhirat (près de Rabat), Irizar Maroc vole de record en record et fait un carton plein à l’export.


En effet, cette filiale du groupe espagnol Irizar qui carrosse autocars et autobus revendique plus que jamais le statut de leader incontesté au Maroc sur le segment des autocars de luxe (avec une part de marché qui dépasse les 90%) tout en accompagnant de plus en plus le site historique du groupe à Ormaiztegi (au Pays basque au nord-ouest de l’Espagne) dans la fabrication des unités du modèle Century pour les marchés européens. Aussi, Irizar Maroc qui fut, à sa création il y vingt et un ans, la première filiale du groupe Irizar en Afrique, compte bien dépasser à court terme, pour la première fois de son existence, la barre de 100 millions de DH de ventes à l’export (contre près de 60 millions de DH en 2017). Il faut dire qu’à l’occasion de la récente extension du site d’Irizar Maroc qui a porté la superficie construite à 20.000 m², la maison mère espagnole a veillé à doter sa filiale marocaine des outils de production de dernière génération. Un investissement qui n’a pas manqué de porter ses fruits puisque, sur une année glissante, le chiffre d’affaires global a bondi de 22% en s’établissant à 385 millions de DH, alors que la marge opérationnelle a tout simplement doublé pour atteindre 49,3 millions de DH.

Rappelons que le groupe Irizar fait partie du géant coopératif espagnol Mondragon qui emploie 80.000 personnes à travers ses 266 entités affiliées et qui est présent dans des métiers aussi divers et variés que la finance (banque Caja Laboral), l’industrie (notamment à travers le fabricant d’électroménager Fagor), la distribution (principalement les hypermarchés Eroski) et l’enseignement/formation. À fin 2017, Irizar et ses filiales réparties entre le Pays basque, le Mexique, le Brésil, le Maroc et l’Afrique du Sud ont réalisé un chiffre d’affaires consolidé supérieur à 620 millions d’euros (près de 7 milliards de DH).

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Il fait l’actu : Mohamed El Kettani, PDG de Attijariwafa bank

Article suivant

Modèle de développement : le regard des opérateurs économiques