Interview

Ismail Bensouda, fondateur de GDA : « Il est temps que la Data Science s’impose dans toutes les grandes entreprises »

La société marocaine accompagne les entreprises dans le secteur du Big Data. Elle propose trois services : la formalisation des projets, leur réalisation et la formation des équipes. L’occasion de se pencher sur les activités de GDA avec son fondateur. 


Challenge : GDA, c’est quoi ?

Ismail Bensouda : GDA est une jeune entreprise à la pointe de la technologie, ayant pour mission d’apporter aux entreprises une expertise et des outils nouveaux pour les aider à exploiter leurs données et en extraire de la valeur.  

Challenge : Quels sont les services proposés par GDA ?

GDA propose actuellement d’aider ses clients à créer de la valeur à partir de leurs données non exploitées. Chez les entreprises qui en disposent, la donnée est aujourd’hui une mine d’or !  Je ne citerai ici que l’exemple du secteur bancaire ou celui des assurances. En effet, ces entreprises possèdent un très grand nombre de données relatives à leurs clients (leur capacité financière, leur revenu, leur manière de consommer et de payer, leur aversion au risque, etc…). GDA accompagne ces entreprises dans la mise en place d’une nouvelle relation client, ainsi que dans la mise en place de nouvelles offres optimisées. Dans cet exemple, l’accompagnement se traduit par le déploiement de logiciels intelligents et de modèles prédictifs, fondés sur des analyses avancées de données clients pour anticiper leurs besoins. Cela donne un avantage concurrentiel certain. Nous comptons également lancer dans un futur proche des programmes de formations techniques destinés aux collaborateurs des entreprises clientes. Ces formations allieront théorie et pratique, et permettront aux organisations désireuses d’acquérir une certaine autonomie de développer leurs compétences techniques dans le domaine de l’analyse de la donnée et de l’analyse prédictive. 

Challenge : Quelles sont les ambitions de GDA ? 

GDA a l’ambition de devenir le référent du marché du conseil en Data Science et Intelligence artificielle. Grâce à la qualité de notre travail et à notre expertise, nous espérons devenir un acteur majeur dans le développement de cette activité dans les entreprises au Maroc.

Challenge : Comment jugez-vous l’utilisation de la Big Data aujourd’hui au Maroc ?

Durant les années 2010, nous étions témoins de l’engouement qu’a suscité le « Big Data » à travers le monde. Suite à la croissance phénoménale de la quantité de données générées, de nouveaux outils capables de traiter et analyser ces données massives, ainsi que de nouveaux métiers ont émergé. Alors que chez nos voisins européens, l’intégration de la Data Science dans les entreprises a déjà atteint une certaine maturité, ce n’est malheureusement pas le cas dans la plupart des pays d’Afrique, le Maroc compris. Pourtant, ce ne sont pas les données qui manquent !
Beaucoup d’organisations sont assises sur une mine d’or qu’elles ne soupçonnent même pas, ou ne disposent pas des outils nécessaires pour l’exploiter.  En 2016, on parlait déjà du Big Data comme « un nid d’opportunités pour le Maroc ». En bientôt 4 ans, aucune entreprise ne s’est vraiment démarquée et le sujet n’a pas beaucoup avancé de mon point de vue. On en parle beaucoup, mais peu de gens agissent. 

Les cas d’usages et les opportunités business sont nombreux, mais les profils se font rares, et le peu de Data Scientists dont dispose le Maroc sont drainés vers l’étranger, où la Data Science s’est déjà bien imposée. Il est temps aujourd’hui que la Data Science devienne une application concrète et s’impose au Maroc dans toutes les grandes entreprises qui disposent des données nécessaires. Chez GDA, nous sommes persuadés que les leaders de demain seront ceux qui auront compris l’enjeu crucial de l’exploitation de la donnée par la Data Science et qui auront su en tirer profit.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

La France toujours mal-aimée par les leaders d’opinion africains

Article suivant

Brésil : Yaravirus, le génome qui n’avait jamais été catalogué