Pandémie

Israël. Baisse de l’efficacité du vaccin de Pfizer face au variant Delta

Le rebond des contaminations au Covid-19 en Israël, où plus de la moitié de la population est entièrement vaccinée avec Pfizer/BioNTech, fait craindre une efficacité vaccinale moindre sur les « cas modérés » du variant Delta, a estimé un expert.

Alors que la situation épidémique en Israël est étroitement suivie à l’international en raison de la précocité de la campagne de vaccination, Ran Balicer, chef du comité national d’experts, a appelé à la prudence, estimant qu’il était « trop tôt pour évaluer précisément » cette efficacité.

Pour autant, le ministère de la Santé a indiqué observer une baisse de l’efficacité du vaccin en ce qui concerne la contamination et le développement de symptômes, estimée à 64%. La baisse a été observée à partir du 6 juin avec la propagation du variant Delta en Israël. « L’efficacité du vaccin dans la prévention des cas graves du coronavirus est de 93% », poursuit le ministère.


Lire aussi | Défense et renseignement. Les drones, nouvelle arme des états : le Maroc se distingue

Le premier ministre israélien Naftali Bennett a demandé au ministère de la Santé de réaliser deux études médicales, « qui fourniront des informations essentielles pour la prise de décisions concernant les vaccins », a indiqué le bureau du Premier ministre. Plus de cinq millions des 9,3 millions d’Israéliens (55% de la population) ont reçu deux doses, en majorité du laboratoire américain Pfizer, favorisant une chute du nombre de cas et la levée de restrictions.

Depuis le 21 juin, Israël enregistre toutefois plus de 100 nouveaux cas par jour, après n’en avoir recensé quotidiennement qu’une poignée pendant des semaines. Mercredi, 486 nouvelles personnes contaminées ont été identifiées. Selon des chiffres officiels, environ la moitié des nouveaux cas sont recensés parmi des enfants et l’autre moitié chez des adultes pour la plupart vaccinés.

Lire aussi | Réforme fiscale. Les 10 mesures prioritaires

Ce rebond est clairement imputé au très contagieux variant Delta, devenu « la souche principale » du virus en Israël, conduisant à « un changement considérable dans la dynamique de transmission », a déclaré Ran Balicer, également directeur des innovations chez Clalit, principal assureur santé israélien.

« Il existe un signe préliminaire d’une efficacité moindre du vaccin face aux cas modérés » liés à ce variant, par rapport au variant Alpha, a-t-il ajouté. « Mais il est trop tôt et difficile de déterminer à quel point ».

Avec AFP

 
Article précédent

Défense et renseignement. Les drones, nouvelle arme des états : le Maroc se distingue

Article suivant

Vaccin anti-Covid-19. La CGEM salue le projet royal