Politique

Israël : le sang, argument électoral

La nouvelle escalade à Gaza est une opération électoraliste de Netanyahu et son nouveau ministre des Finances. Tuer des Palestiniens rapporte des voix. 


Quand Netanyahu a cédé le poste de la défense à Benett, son encombrant allié, c’était déjà une mauvaise nouvelle, car celui-ci a pour projet de «raser Gaza ». Les résultats sont là au bout d’une semaine. Israël a assassiné un leader du Jihad Islamique dans les territoires occupés et a tenté d’en faire de même avec un autre basé à Damas.

Ces deux opérations n’étaient commandées par aucun besoin stratégique. Elles visaient à créer une escalade qui est arrivée quelques heures après. Près de 200 roquettes, sans danger, ont été tirées et le Tsahal a repris son sale boulot qui consiste à tuer femmes et enfants, une vingtaine en 24 heures, sous le silence complice de cette saloperie informe que l’on appelle la communauté internationale.

La guerre pourvoyeuse de voix

Ce n’est pas une erreur mais un calcul cynique. Netanyahu est empêtré dans des problèmes judiciaires relatifs à la corruption, il a perdu le soutien de Lieberman, ce qui signifie le retour aux urnes. Il cherche la guerre pour endosser le costume qu’il préfère, celui du défenseur de l’Etat juif. 

« L’Occident si prompt à réagir sur d’autres questions ferme les yeux sur le massacre des Palestiniens »

Les Palestiniens se tenant à carreau, il fallait les provoquer. L’immonde tactique sioniste qui consiste à allumer l’incendie pour l’utiliser ensuite comme justificatif d’une agression baptisée riposte, avec le soutien complice des médias sous contrôle sioniste, a une nouvelle fois fonctionné.

Le camp de la paix en Israël n’existe plus. Le manque absolu de perspectives, les divisions palestiniennes, ont fini par détruire les faibles espoirs d’une concorde autour du fantomatique projet de deux Etats. Trump, en reconnaissant toutes les annexions l’a enterré officiellement et propose aux Palestiniens de renoncer à la patrie contre quelques millions de dollars. La ligue arabe n’existe encore que pour payer les salaires de hauts fonctionnaires égyptiens, la question palestinienne ne fait plus partie de l’agenda de la moindre puissance. Dans ce contexte, le criminel de guerre, Netanyahu a les mains libres pour assassiner autant de civils qu’il lui faut pour sa campagne électorale.

Cette fois, il fait même d’une pierre deux coups, parce qu’il complique les tentatives de réconciliation, via les élections, des fractions palestiniennes. 

L’état de division sur la scène palestinienne, depuis le coup d’Etat de Hamas a largement servi les sionistes de la pire espèce, les héritiers du Nazisme comme Netanyahu.

L’Occident si prompt à réagir sur d’autres questions ferme les yeux sur le massacre des Palestiniens, l’épuration ethnique sur les territoires de 1948, la destruction de villages entiers, la judaïsation d’Al Qods. Dans ces conditions, pour les Palestiniens, survivre c’est résister.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Le Président du Sierra Leone Julius Maada visite le port deTanger Med

Article suivant

Ferid Belhaj : « Il y a aujourd’hui une attente de la population à un autre type de dynamisme »