Fonds d'investissement

Jackpot pour les actionnaires de PME Croissance

Sept ans après sa création, le fonds public-privé PME Croissance entame sa phase décisive de restitution du fruit de ses cessions.


Promu en 2012 par la CCG (Caisse Centrale de Garantie) qui y a souscrit 175 millions de dirhams aux côtés d’autres institutionnels publics étrangers (telles la Banque Européenne d’Investissement et les agences françaises de développement Proparco et BPI), mais également les investisseurs privés marocains (Saham, SGMB…), ce fonds vient de rembourser ses actionnaires à hauteur de 64 millions de dirhams. Réalisée sous forme de réduction de capital, l’opération a ramené ce dernier à 275,7 millions de dirhams en attendant d’autres sorties au cours des prochaines années.

Ce retour bienvenu pour les actionnaires en disette depuis l’entrée en vigueur statutaire de la phase de désinvestissement fait suite à la sortie de PME Croissance du capital d’Avant-Scène, un des leaders marocains de l’évènementiel qui revendique un chiffre d’affaires supérieur à 150 millions de dirhams. Selon des sources proches du dossier, c’est la fondatrice et actionnaire majoritaire de cette PME basée à Rabat qui a racheté, elle-même, les parts de PME Croissance à travers un financement LBO (mécanisme de rachat des parts d’une société en recourant à de la dette) en assurant au sortant une belle plus-value.

Rappelons que PME Croissance a été créé en 2012 à l’initiative de l’ancien ministre de l’Industrie et du Commerce, Ahmed Reda Chami, qui voulait orienter les fonds d’investissement opérant au Maroc vers la véritable PME qui réalise un chiffre d’affaires inférieur à 100 millions de dirhams. Sa gestion a été dévolue à Afric Invest, un des acteurs du capital investissement les plus en vue en Afrique. Avec un capital de 450 millions de dirhams, ce fonds a été totalement investi dans une dizaine de PME sous forme de prises de participation.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Mango négocie son retour au Maroc

Article suivant

Bon cru pour le crédit conso