Interview

«Je veux interpeller la mémoire des moins de 40 ans»

Un pari fou mais palpitant : relier Tanger à Lagouira à travers un triathlon de plus de 3.000 km. Nage, vélo et marche. Un mois d’épreuves. Et un beau souvenir : la Marche Verte, dont le Royaume célèbre le 40ème anniversaire cette année. Le point avec le promoteur de ce projet, Nacer Ibn Abdeljalil. Interview réalisée par  Hassan El Arch


Challenge : après l’exploit de l’Everest et la grande aventure du pôle Nord, vous vous attaquez à nouveau à un challenge de taille, mais cette fois au Maroc même. Le Triathlon de la Marche Verte, en l’occurrence. Qu’est-ce qui vous anime, sur ce coup-là ?
Nacer Ibn Abdeljalil : tout simplement le 40ème anniversaire de la Marche Verte. Je pense en effet que peu de gens donnent suffisamment de sens à ce que cela signifie cette année. La plupart des jeunes de ma génération sont nés après cette extraordinaire épopée de l’histoire moderne du Maroc. Ils n’en saisissent, par conséquent, pas toute la profondeur, même si le système d’éducation a depuis longtemps intégré dans les manuels des écoles ce haut fait historique comme catalyseur et comme facteur d’unicité et de détermination d’un peuple tout entier. Je veux interpeller la mémoire des moins de 40 ans. Personnellement, je me souviens à peine des lendemains de cette époque et je n’en garde que de vagues souvenirs. Mais dans l’éducation que j’ai reçue, les leçons de la Marche Verte ont tenu une bonne place. Donc, après l’Everest, après le pôle Nord, je me suis dit qu’un autre challenge était possible au Maroc même, cette année, puisqu’on célèbre une date bien «ronde», qui est le 40ème anniversaire de cette épopée. Voilà le ressort de cette aventure qui démarrera le 6 octobre prochain et qui se terminera le 6 novembre, jour de la Fête de la Marche Verte.

C’est un défi qui va donc durer un mois plein. Mais en quoi consistera, cette fois, le challenge ?
Il s’agit d’un triathlon qui se déroulera sur plus de 3.000 km, commençant par Tanger où aura lieu une épreuve de natation sur 12 km, dans la baie de la ville. S’ensuivra ensuite un gigantesque périple cycliste sur 3.259 km et, enfin, une boucle de trekking dans le désert sur environ 460 km. L’itinéraire reliera le Nord du Royaume à son Sud, de Tanger à Lagouira, un peu sur les traces des 350.000 marcheurs, hommes et femmes, qui ont écrit en 1975 une magnifique page de notre histoire ! A chaque étape, des «marcheurs» locaux s’associeront à notre triathlon dans le cadre d’une épreuve symbolique au niveau de leur région. L’arrivée, le 6 novembre, à Lagouira promet d’être grandiose et sera marquée par un concert dans le désert auquel prendront part des artistes marocains et internationaux tels que Cheb Khaled, les groupes Fnaïre et Five Stars, les stars Saïda Charaf et Zina Daoudia, la vedette populaire Hatim Ammor et, bien entendu, des formations du folklore sahraoui.

Serez-vous seuls sur ce triathlon tous les deux, vous-même et votre partenaire Mohamed Lahna, ou bien serez-vous accompagnés par d’autres sportifs ?
Nous avons, bien sûr, contacté plusieurs grands sportifs marocains afin qu’ils nous honorent de leur participation pour donner un éclat plus grand encore à cet événement. Par exemple, Hicham El Guerrouj et Nawal El Moutawakil, pour ne citer qu’eux. Le Ramadan et les vacances d’été ont eu un certain effet sur l’agenda des uns et des autres et leur rentrée en a été impactée, mais nous avons bon espoir de faire rallier des noms prestigieux du sport national et international à ce Triathlon de la Marche Verte.

Les sponsors jouent-ils le jeu ? Vous soutient-on dans ce challenge ?

Cela se présente assez bien. Nous sommes en contact avec de nombreux groupes, entreprises et structures susceptibles de nous accompagner dans cette merveilleuse aventure sportive, culturelle, historique et patriotique. Là aussi, c’est un autre «triathlon» qui a déjà commencé sur le terrain de la communication, de la sensibilisation et de l’argumentation ! Mais je suis confiant de nature. Les challenges me stimulent.

Son parcours
Diplômé de l’Ecole Supérieure de Commerce de Paris et de l’Executive MBA de l’INSEAD, Nacer Ibn Abdeljalil a démarré une carrière financière prometteuse en rejoignant des banques d’affaires dans de grandes capitales du monde. Dès son retour au Maroc, il s’engage dans un fonds d’investissement pendant 3 ans, avant de tout quitter pour donner vie à son rêve : gravir en mai 2013 le plus haut sommet du monde, l’Everest ! Il a été honoré pour cet exploit par S.M. le Roi Mohammed VI de l’Ordre Marocain du Mérite. Au printemps 2015, il signe un nouvel exploit et atteint le pôle Nord en ski.

Son ACTU
Nacer Ibn Abdeljalil et Mohamed Lahna, deux sportifs hors du commun, mettent ensemble leurs expériences et leurs exploits pour donner naissance à un événement unique au Maroc : le Triathlon de la Marche Verte, à l’occasion du 40ème anniversaire de cette épopée historique. La manifestation se veut un exploit sportif mais aussi la célébration d’un événement exceptionnel. Les deux sportifs ont tenu à rendre hommage aux participants de cette épopée de 1975 en organisant le plus long triathlon au monde, pendant un mois (du 6 octobre au 6 novembre 2015), sur plus de 3.000km, traversant le Royaume de Tanger à Lagouira.

 
Article précédent

Entrepreneur artistique et social, promoteur de talents

Article suivant

Challenge 525