Flash-ecoSport

Jeux Olympiques : le Souffle de Buenos Aires

« Buenos Aires » ce nom de capitale qui sonne si bien dans les oreilles avec ses consonances espagnoles, signifie tout simplement « le bon air ».


La capitale Argentine serait donc une ville où l’on respire bien. Peut-être, mais ce qui est sûr c’est que les Jeux Olympiques de la Jeunesse y ont connu un grand souffle d’air frais.

Si cette compétition n’a attiré sur elle qu’une relative médiatisation, elle n’en fut pas moins exceptionnelle, et surtout pour le Maroc et l’Afrique.

C’est là, à Buenos Aires, en Argentine, au pays de Maradona et de Messi que Fatima Zahra Boufarès a remporté une médaille d’or en Taekwondo.

Appréciez la symbolique.

Cette jeune fille originaire de Fkih Ben Salah, s’est illustrée dans une discipline créée en Corée du Sud. Ce sport martial lancé en 1988 pour venir s’installer auprès des Karaté et Judo disciplines japonaises.

« Taek-Won-Do » signifie Tête-Bras-Jambes, ce qui laisse entendre que ce sport de combat fait autant appel à la force physique qu’au cerveau.

Laissons de côté ces considérations qui s’expliquent par l’éternelle rivalité coréo-japonaise et apprécions le développement du Taekwondo chez nous, développement arrivé jusqu’au fin fond des plaines du Tadla pour nous couronner d’or en Argentine.

Et autre heureuse coïncidence, c’est une jeune sportive qui honore encore l’Afrique et le Monde arabe dans une discipline ultra-compliquée et où Fatima Zahra s’est révélée fine technicienne.

Cela en dit long sur les possibilités de la jeunesse marocaine, jeunesse qui eut son heure de gloire à Buenos Aires où, à coté de notre héroïne, il y eut d’autres médailles et titres en athlétisme comme d’habitude et la boxe aussi mais aussi en Karaté qui s’offrit 3 médailles de bronze.

L’élan est là, il ne faudra pas stopper l’effort mais tirer les leçons de cette fête argentine. Une fête qui reprendra, avec d’autres jeunes et sous d’autres horizons, dans quatre ans à Dakar (Sénégal). Oui en 2022 les J.O de la Jeunesse auront lieu en Afrique. Pourquoi n’y viserons-nous pas d’autres médailles, de nouveaux champions et championnes, d’autres exploits et titres ? La jeunesse est là, l’ambition doit l’accompagner pour qu’elle donne toute sa plénitude.

L’enjeu en vaut la chandelle. L’exemple des 7 médailles glanées à Buenos Aires doit éclairer la route pour que le sport marocain prenne une dimension plus grande dans le concert africain.

Rendez-vous à Dakar 2022 donc pour une super fête sans oublier que sur le chemin, on aura, déjà, en octobre 2019 la grande rencontre avec les Jeux Africains au Maroc et ses 5 000 athlètes venus de tout le continent.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Comment faire de l’échec un escalier vers le succès

Article suivant

CGEM : premier patronat africain à rejoindre la Global Business Coalition