Entreprises & Marchés

JLEC met son unité 5 en exploitation

Les travaux d’extension ont nécessité 13 milliards de DH. L’unité 5 est déjà en exploitation commerciale et l’unité 6 devrait entrer en service d’ici juin.


J

orf Lasfar Energy Company(JLEC), a entamé la facturation de sa production à l’ONEE(Office national de l’électricité et de l’eau potable) depuis quelques semaines, après la mise en exploitation commerciale de son unité 5 le 15 avril dernier. Cette nouvelle unité de production qui vient de s’intégrer au réseau électrique national va augmenter la capacité de la centrale thermique de 350 MW, la portant ainsi à 1706 MW. L’unité 6, quant à elle, est actuellement en phase d’essai avant d’être mise en phase d’exploitation commerciale d’ici le mois de juin au plus tard. Elle dispose également d’une capacité de 350 MW. Ce qui portera la capacité totale du premier producteur privé d’électricité au Maroc, à 2056 MW, soit une couverture de 50% des besoins au niveau national, une fois que toutes les six unités entreront en fonction. La réalisation de cette extension a nécessité un investissement global de 13 milliards de DH. La centrale thermique de Jorf Lasfar s’étend sur une superficie de 60 hectares, qui a été dimensionnée dès le départ pour accueillir six unités. Notons que grâce à sa capacité actuelle, JLEC assure 38% des besoins en électricité au plan national. JLEC, filiale marocaine du groupe émirati Taqa, a un accord de vente d’électricité avec l’ONEE qui s’étale sur une période de 30 ans. Jorf Lasfar Energy Company dispose aujourd’hui d’une disponibilité de 91%. Pour information, c’est la disponibilité que JLEC vend à l’ONEE.

Omar Alaoui M’Hamdi, directeur général adjoint de JLEC.

 Disponibilité

«Cela représente une performance opérationnelle très importante pour une centrale à charbon», fait remarquer Omar Alaoui M’Hamdi, dg adjoint en JLEC. «Nous faisons tout pour faire en sorte qu’on soit disponible au maximum», renchérit Etienne Vollebregt, dg de la centrale thermique. Notons que le projet d’extension du site a nécessité 4000 emplois directs et 2000 indirects durant la phase de construction. C’est le groupe japono-coréen Mitsui-Daewoo qui a assuré la construction, avec une partie sous-traitée avec des sociétés marocaines. La consommation annuelle de la centrale thermique de Jorf Lasfar est de 4,5 millions de tonnes de charbon. Mais pour augmenter sa performance, JLEC a entrepris une extension de la capacité de stockage de charbon au niveau du port, qui pourra atteindre désormais 10 millions de tonnes par an. Cela a nécessité un investissement de 690 millions de DH de la part de JLEC, et 2,5 milliards de DH de la part de l’ONEE. En termes de respect des normes de sécurité environnementale, un effort colossal y a été consenti. Les installations sur ce volet ont, en effet, nécessité un investissement complémentaire de 200 millions de dollars. «Nous recyclons 90% de nos cendres. Nous disposons d’une station météorologique située à 5 km de la centrale, qui nous permet de suivre en temps réel les indicateurs météorologiques pour nous assurer qu’en termes de respect de l’environnement, nous sommes au niveau des normes réquises au plan mondial », assure Omar Alaoui M’Hamdi. Selon lui, si tout se passe bien d’après les prévisions, JLEC devrait réaliser 9,5 milliards de DH par an, dont une grande partie issue de la facturation à l’ONEE.

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traite et les analyse. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Newsletter du 06-05-2014 : ONCF : 80 nouveaux wagons prochainement sur les rails

Article suivant

L’intérêt mitigé des investisseurs