International

Joe Biden : son premier discours de nouveau président américain

Après la confirmation de sa victoire hier samedi 7 novembre, Joe Biden a donné, dans la soirée aux Etats-Unis,  son premier discours de nouveau président américain élu. Il s’engage à être «un président qui rassemble». 


C’est depuis sa ville de Wilmington, dans le Delaware, dont il fut sénateur pendant trente-six ans que le nouveau président des Etats-Unis s’est adressé au peuple américain.   

Dès le début de son propos, Joe Biden a remercié les Américains pour la confiance et d’avoir voté en masse. Ainsi, il appelle à l’unité et au rassemblement des Etats-Unis pour instaurer les valeurs et la démocratie. « Je vais travailler pour tout le peuple pour obtenir votre confiance. Je me suis engagé pour reconstruire l’âme des Etats-Unis », confia le démocrate tout en considérant que l’Amérique doit être respectée sur la scène internationale.

Pandémie oblige, devant plus de 350 voitures rassemblées et des milliers de partisans se trouvant à l’extérieur d’un grand parking, le démocrate a déclaré qu’il était « temps de guérir l’Amérique », de « panser les plaies ». « Voyons-nous, parlons-nous », « donnons nous une chance », a-t-il plaidé, à l’issue d’une campagne très caustique, appelant les Américains ne plus traiter leurs « opposants comme des ennemis ».

Déclaré vainqueur hier samedi 7 novembre grâce à sa victoire en Pennsylvanie, il prendra en janvier les rênes d’un pays profondément polarisé par quatre ans d’une présidence Trump chaotique et clivante. Ce qui laisse penser d’ailleurs que la transition sera très délicate. Sans un mot pour son adversaire, Joe Biden a dit comprendre la « déception » des électeurs de Donald Trump, qui refuse d’admettre sa défaite. « Moi-même, j’ai perdu des élections, mais […] il est temps de laisser de côté les rhétoriques abrasives, de faire baisser la température », a-t-il déclaré. Il est temps de se rassembler a souhaité Joe Biden : « Je travaillerai aussi dur pour ceux qui n’ont pas voté pour moi, que pour ceux qui m’ont choisi », a-t-il encore promis.

Lire aussi|45 ème anniversaire de la Marche Verte : Le volet économique du Discours Royal

Outre cette quête de réconciliation, Joe Biden a mis l’accent sur la nécessité de «coopérer» et de chercher des compromis, une attitude qui a défini sa longue carrière politique, au Sénat en particulier. «Laissons l’ère sombre de la diabolisation en Amérique commencer à se refermer, ici et maintenant», a-t-il exhorté, soulignant que l’absence de coopération entre démocrates et républicains relevait d’un «choix» politique, et non d’une «force mystérieuse hors de notre contrôle».   « J’ai fait campagne pour restaurer l’âme de l’Amérique, reconstruire la colonne vertébrale de cette nation, la classe moyenne, et faire que l’Amérique soit de nouveau respectée dans le monde », a encore dit le président élu.

Panser les plaies également au sens propre : le Covid-19 qui ravage les États-Unis sera la priorité du président Biden, qui a annoncé dans son discours la création d’un groupe de scientifiques dès demain lundi 9 novembre.

Lire aussi|SM le Roi : «85% des États membres des Nations Unies, ne reconnaissent pas l’entité factice »

 
Article précédent

45 ème anniversaire de la Marche Verte : Le volet économique du Discours Royal

Article suivant

Évolution du coronavirus au Maroc : 4596 nouveaux cas, 256.781 au total, dimanche 8 novembre à 18 heures