Interview

Jonathan Le Henry : «La croissance par les opérations, un nouveau modèle de création de valeur»

La crise sanitaire liée au Covid-19 et le confinement nécessaire qui en a découlé, ont considérablement impacté l’activité économique de nombreuses entreprises dans le Royaume. En attendant la phase de «déconfinement» qui pourrait intervenir en mai prochain, les dirigeants d’entreprises travaillent en coulisses sur la meilleure stratégie à adopter pour relancer leurs activités. L’occasion pour Jonathan Le Henry, directeur chez Strategy& au Maroc, l’entité de conseil en stratégie du groupe PwC, d’apporter son éclairage sur cette crise sans précédent à l’attention des opérateurs. Il met l’accent à travers cet entretien sur le thème de «la croissance par les opérations» et plaide pour le développement, post-crise, d’un nouveau modèle de création de valeur.


Challenge : Les répercussions relatives à la crise sanitaire sont d’ores et déjà importantes pour les entreprises, tant au niveau humain, social, que sur le plan économique. Quelle lecture faites-vous à ce jour de la situation ?

Jonathan Le Henry : La brutalité de la crise économique que nous traversons tient en premier lieu à sa dimension systémique. De façon quasi concomitante, nos économies ont été touchées sur tous les fronts : chute de la consommation, arrêt des lignes de production, explosion du chômage, sans compter les impacts sociétaux et la transformation de nos modes de vies imposés par le confinement. Face à l’incertitude, de nombreux articles parus dans la presse et autres interventions télévisées de spécialistes du secteur économique sont venus rythmer notre confinement avec, en trame de fond, deux questions récurrentes, l’une liée à l’impact de la crise sur l’activité de nos entre-prises et l’autre consistant à savoir quand allions-nous retrouver un niveau d’activité proche de celui d’avant crise. Bien que légitimes, ces questions n’abordent pas pour autant le sujet essentiel du modèle économique que nous choisirons pour «le jour d’après». Penser pouvoir sortir de la crise sans répondre au préalable à cet enjeu est une vue de l’esprit, tant la crise interroge précisément les mécanismes qui sous-tendent le fonctionnement de nos économies et de nos entreprises. Justement, quels devraient être les nouveaux réflexes des chefs d’entreprises dans leur gestion post Covid-19 ?

Dans la période actuelle, trois impératifs majeurs doivent être considérés par les chefs d’entre-prise : tout d’abord, le fait de ne pas tomber dans l’écueil de la précipitation et de prendre la pleine mesure de la crise. Par ailleurs, il est crucial de faire «des opérations» un levier de relance économique et de croissance durable. J’y reviendrai au cours de cet entretien. Enfin, il faut pouvoir se recentrer sur des «compétences différentiantes» pour amorcer sa stratégie de relance.

Lisez la suite dans la version PDF gratuite de votre magazine Challenge en cliquant sur le lien suivant: 



 
Article précédent

Tanger Med : Continuité des opérations dans la plateforme industrielle

Article suivant

Le Maroc gagnerait à adopter une «stratégie des fins» plutôt qu’une «stratégie des moyens»