Gestion des déchets

Jorf Lasfar : un modèle en matière d’économie circulaire

La zone économique de Jorf Lasfar, se dote d’une nouvelle brique dans l’édifice de l’économie circulaire.


En effet, près de deux ans après le lancement par l’OCP d’un programme éponyme visant à adopter les best practices en matière d’économie d’eau et d’énergie, valorisation des déchets et réhabilitation des sites exploités et qui se matérialise par des investissements colossaux bénéficiant principalement aux installations du phosphatier au sud de la ville d’El Jadida, une PME se lance dans un projet de recyclage des déchets aluminium.

Lire aussi | Nouveau modèle de développement au Maroc : pour la création d’un exécutif économique

Dénommée Hongde, cette entité créée par des investisseurs basés dans la capitale du pays, compte investir plusieurs dizaines de millions de dirhams afin d’ériger à horizon juin 2021, une unité moderne de valorisation de métaux non ferreux et notamment dans un premier temps, de l’aluminium. Il faut dire que ce métal noble fait partie des filières de recyclage les plus prometteuses, mais qui se trouve également très insuffisamment exploité à ce jour.

Lire aussi | Budget 2021 : voici les chantiers prioritaires

Pour l’instant, la collecte et gestion des déchets (dit DIB pour Déchets Industriels Banals) de la région de Jorf Lasfar est assurée principalement par des acteurs basés à Casablanca, comme Valdeme (lequel est adossé au groupe français Sovamep). L’arrivée de Hongde est une bonne nouvelle pour le complexe de Jorf Lasfar et ses environs qui abritent plusieurs métallurgistes comme Sonasid, mais également des menuisiers aluminium comme JP Industrie. D’ailleurs, le groupe Sonasid s’était, lui aussi, engagé il y a quelques années à produire du « Green Steel » à travers le recyclage de 100% de ses déchets. Ce qui est bien dans l’air du temps de l’économie circulaire qui se présente en matière écologique, comme l’une des seules voies envisageables et efficaces pour réduire l’empreinte carbone de l’humanité (alors que la voie de la décroissance économique prônée par plusieurs courants écologiques radicaux, est presque impossible à organiser).

 
Article précédent

Coronavirus: l'OMS autorise un second test rapide antigénique

Article suivant

Anouar Berrada : "nous ne pensons même plus à la saison hiver 2020/2021 mais à sauver la saison d’hiver 2021/2022 !"